Guerre en Ukraine : de Margny-lès-Compiègne à Malbork en Pologne, la solidarité d'un jumelage pour le meilleur comme pour le pire (épisode 1/4)

Publié le Mis à jour le

Quatre camions chargés de denrées alimentaires, vêtements, produits d’hygiène et jouets partiront de Margny-lès-Compiègne, pour la ville polonaise de Malbork, à destination des réfugiés ukrainiens. Une équipe de France 3 Picardie suit le convoi. Chaque jour, nous vous informerons de l'avancée de l'acheminement des dons.

La solidarité s’est mise en place depuis la mi-mars. Une collecte de produits de première nécessité était organisée le week-end du 12 et 13 mars dans le parc de la mairie, à l’appel de la ville de Malbork en Pologne, avec laquelle la commune de Margny-lès-Compiègne est jumelée depuis 2004. Habituellement, l'association Margny jumelage organise des activités sportives et culturelles avec Malbork, mais cette fois, c'est un convoi humanitaire qui est mis en place. "Malbork nous a fait part de la crise dans leur ville et de leurs énormes besoins. Les réfugiés y sont arrivés bien plus tardivement que dans les autres régions, et manquaient de beaucoup de choses, notamment de produits d’hygiène et de denrées non périssables", explique Dany Hellal, présidente de l'association Margny jumelage. 

La mairie, accompagnée d'un quarantaine de communes aux alentours et d’associations locales fait la liste des produits demandés sur son site internet et sa page Facebook : couvertures, sacs de couchage, plaids, oreillers, vêtements chauds mais aussi des produits d’hygiène et de quoi s'éclairer (des piles, des lampes-torche, des bougies, etc). 

Une centaine de bénévoles est chargée de trier les dons. Rapidement, les vêtements, ne sont plus acceptés afin de donner la priorité aux autres produits de nécessité. 400m3 de dons sont récoltés, et doivent être acheminés à la ville de Malbork, qui accueille un millier de réfugiés dans ses centres. 

Quatre camions et leurs chauffeurs sont mis à disposition par la société de transport PKM, qui prend également en charge l'essence. 

"Au départ, on devait partir seulement avec deux 20m3, les camions qu’on utilise pour le déménagement. Mais rapidement, cela n’était plus suffisant. Nous avons la chance d’avoir ces quatre camions de 400m3 à disposition", se réjouit Pascal Benezit, chargé de la communication de la ville de Margny-lès-Compiègne.

Les camions attendus à la mi-journée mardi en Pologne

Le convoi se lance de l’Oise dans l'après midi du lundi 21 mars, pour parcourir 1 500 kilomètres jusqu’à Malbork, où les camions sont attendus pour midi le 22 mars. Les dons seront ensuite distribués aux ukrainiens, réfugiés en Pologne. 

Il n'est ensuite pas exclu de parcourir 600 kilomètres de plus avec un minibus, pour se rendre à la frontière ukrainienne et y livrer du matériel médical. "Nous avons un contact avec une infirmière libérale ukrainienne, nous verrons s'il est possible d'acheminer le matériel, car il y a un cruel manque à la frontière", explique Pascal Benezit. 

Chaque jour, en plus des reportages dans le journal télévisé, vous retrouverez sur notre site internet, un article qui suivra le convoi et l'acheminement des dons à Malbork.