Bannière résultats municipales

Municipales - Oise : l'indignation à Balagny-sur-Thérain après la publication d'une photo obscène de nouveaux élus

Lendemain d’élection mouvementé à Balagny-sur-Thérain. Dans ce village de l’Oise, une photo publiée sur les réseaux sociaux fait polémique. On y voit neuf conseillers municipaux en train de faire des doigts d’honneur lors d'une soirée privée organisée pour fêter leur victoire.
 

La conquête de la mairie de Balagny-sur-Thérain a donné lieu à une campagne houleuse lors de ces élections municipales
La conquête de la mairie de Balagny-sur-Thérain a donné lieu à une campagne houleuse lors de ces élections municipales © Capture d'écran / Google Maps
Les campagnes électorales sont souvent agitées, parfois houleuses voire délétères mais en général, les invectives entre candidats prennent fin une fois le scrutin terminé. A Balagny-sur-Thérain, c'est loin d'être le cas.

Au lendemain de la proclamation des résultats, la polémique est repartie de plus belle dans cette petite commune de 1700 habitants, située entre Beauvais et Creil.
Ce dimanche 29 juin, à Balagny-sur-Thérain, les urnes ont parlé. La liste de Philippe Maréchal, ex-conseiller municipal d'opposition, est arrivée largement en tête du second tour avec plus de 47% des voix devant celle de la maire sortante, Marie-Odile Guillou, qui totalise 27% des suffrages. La liste d'Isabelle Morelle arrive en 3ème position avec 26% des voix.

Une soirée pour "fêter la victoire"

Un résultat sans appel après une campagne plutôt agitée, ponctuée de tracts anonymes et d'échanges parfois agressifs allant même jusqu’aux insultes via les réseaux sociaux. Alors, à peine les résultats proclamés, plusieurs membres de la liste de Philippe Maréchal, se donnent rendez-vous chez une des colistières, Angie Monribot, pour fêter leur victoire.

Une soirée qu'ils décident d'immortaliser à leur manière... Avec cette photo qu'Angie Monribot publie sur son profil Facebook. On y voit, le sourire aux lèvres, neuf des membres de la liste de Philippe Maréchal, fraichement élus conseillers municipaux, en train de faire des doigts d’honneur.
 La photo est aussitôt partagée par un compte puis une page Facebook, et la "nouvelle" se répand rapidement dans le village.

Entre colère et indignation

"Depuis lundi matin, mon téléphone n’arrête pas de sonner, explique Marie-Odile Guillou, maire de Balagny-sur-Thérain pour encore quelques jours. Les habitants sont choqués, outrés. Moi, je suis triste pour mon village. Cela donne une très mauvaise image. Quand on est élu, il faut rester digne. On peut faire la fête, boire du Champagne mais pas faire des doigts d'honneur."

Une indignation partagée par Isabelle Morelle, dont la liste est arrivée en 3ème position : "Je n'ai pas de mots... C’est très violent. Quelle honte ! Ils n’ont aucun respect pour les citoyens de la commune."

Ce lundi après-midi, Marie-Odile Guillou a envoyé un mail à plusieurs des maires des villages alentours, avec la photo en pièce jointe. Béatrice Basquin, maire sortante de Cires-les-Mello, n’en revient pas : "Je suis élue depuis 19 ans et je n'ai jamais vu ça. C'est honteux. En tant que futurs élus, on n'a pas le droit de faire ça. J'espère que ces personnes vont être poursuivies pour ce qu'elles ont fait."

Dans la journée, la photo a également été distribuée dans les boites-aux-lettres des habitants du village. Un choc pour ceux qui n’étaient pas encore au courant : "Ça me fait mal, je suis né à Balagny, je me sens insulté, explique Jean-Philippe Copin. En plus, celle qui a posté cette photo, elle habite dans ma rue. Comment je vais pouvoir lui parler maintenant ? Ça fout la zizanie entre les gens et ça salit le village. Ces gens ne méritent pas leur mandat."

Plainte pour diffamation

Joint par téléphone, Philippe Maréchal semble très gêné par la situation. Le futur maire de Balagny-sur-Thérain affirme qu’il n’était pas présent au moment où la photo a été prise mais défend ses colistiers : "Cette photo a été détournée de son objectif. Elle n'avait pas pour but d'insulter la population. Nous allons porter plainte pour diffamation, d’autant que la photo a été distribuée ce lundi dans toute la commune." Et quand on lui demande à qui étaient adressés ces doigts d’honneur, Philippe Maréchal esquive : "Je m'expliquerai directement avec la population, et à la gendarmerie." Et condamne-t-il cette photo ? "Oui, je condamne. Je réglerai ça avec mon équipe." Visiblement pressé de mettre fin à l'entretien, Philippe Maréchal ne nous en dira pas plus.
 

Ces doigts d'honneur, c'était une plaisanterie !

Angie Monribot, conseillère municipale de Balagny-sur-Thérain


Angie Monribot, elle, est plus prolixe. Celle qui a supprimé son compte Facebook dès qu'elle a vu que sa photo avait été partagée contre son gré, reconnait sans détour : "Oui, cette photo a été prise chez moi. C'était une soirée tranquille, normale. On a bu un verre, on avait besoin de décompresser et on a fait cette photo. Ces doigts d'honneur, c'était une plaisanterie. Il n'y avait rien de méchant. C'est l'idée d'une copine, on a pris l'habitude de faire ça quand on est en soirée." Même question qu'à Philippe Maréchal : A qui étaient destinés ces doigts d'honneur ? La réponse est plus directe : "A tous ceux qui ne croyaient pas en nous."

Des anciens colistiers, dissidents

Et en insistant un peu, on croit comprendre, entre les lignes, qui sont les réels "destinataires" de ces doigts d'honneur : "Pendant tout le confinement, pendant 3 mois, on a été harcelés. Cela vient de deux membres de notre liste qui nous ont lâchés et ont décidé de faire campagne contre nous. J'ai été menacée verbalement et diffamée sur les réseaux sociaux. On a laissé faire mais là, ça va trop loin." La toute récente conseillère municipale hausse le ton : "C'était une soirée privée. La photo a été volée sur mon profil Facebook et je vais donc porter plainte. Tout ça se règlera au tribunal."

En attendant, le petit village de Balagny-sur-Thérain ne parle que de cette photo et ses 1700 habitants se seraient bien passés de cette mauvaise publicité. Certains d'entre eux ont d'ores et déjà écrit au Préfet de l'Oise pour lui faire part de leur indignation. D'autres souhaitent lancer une pétition pour réclamer la démission de l'équipe municipale qui vient à peine d'être élue.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections polémique société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter