À Nogent-sur-l'Oise, des ateliers de création de manga pour libérer la parole sur le harcèlement scolaire

Publié le
Écrit par Eline Erzilbengoa

Durant les vacances de Noël, des ateliers de sensibilisation sont organisés par le service jeunesse de la mairie de Nogent-sur-Oise dans l'Oise. L'objectif : parler du harcèlement scolaire à travers la création d'un manga.

En France, selon les chiffres de l'observatoire de la santé, plus d’un élève sur dix scolarisé entre le CE2 et le CM2 est victime de harcèlement scolaire. Sont touchés également 10% des collégiens et 4% des lycéens. Au total, 700 000 élèves sont ainsi harcelés chaque année, avec des conséquences plus ou moins graves.

Pour endiguer le problème, il est important de libérer la parole. C'est tout l'enjeu de ces ateliers organisés par le service jeunesse de la mairie de Nogent-sur-Oise. Chaque matin durant les vacances de Noël, des groupes de six adolescents âgés de 12 à 16 ans se regroupent pour échanger autour de cette thématique. 

Aux dernières vacances de la Toussaint, les mêmes ateliers avaient été organisés avec des élèves du primaire. "Nous avions organisé des ateliers autour de la BD et cette fois nous avons choisi le manga, c'est un format qui plaît bien aux ados", confie Roger Oulia, directeur du service jeunesse de la mairie. 

Durant ces matinées, grâce à un intervenant dessinateur spécialisé en manga, les jeunes ont le champ libre pour créer des histoires autour du harcèlement. "Ils créent leur personnage, le dessinent et l'intervenant retravaille ensuite les planches", détaille Roger Oulia.

"À travers le dessin, on sent qu'il y a plus de facilité"

Grâce à la création du manga, c'est l'occasion pour les jeunes de se livrer plus facilement. "Au départ, on a étudié différents moyens de communiquer autour du harcèlement, mais les ados ne veulent pas forcément parler. À travers le dessin, on sent qu'il y a plus de facilité", affirme le directeur du service jeunesse de la mairie de Nogent-sur-Oise. 

Les histoires créées seront ensuite regroupées dans un même ouvrage qui sera imprimé en plusieurs exemplaires. "On les mettra, pourquoi pas, à disposition des médiathèques ou des établissements scolaires afin de valoriser aussi le travail des jeunes", indique Roger Oulia. La précédente BD créée par les primaires avait été diffusée dans le bulletin municipal de Nogent-sur-Oise. 

Pour rappel, le ministère de l'Éducation nationale a mis en place un numéro d'écoute et de prise en charge, le 3020, à disposition des victimes et des familles. Au total, 77 742 appels ont été reçus à ce numéro en 2019.