Ce que l'on sait du triple homicide à la gare de Noyon, dans l'Oise

Publié le Mis à jour le

Une femme et deux enfants ont perdu la vie dimanche 10 septembre sur un quai de la gare de Noyon, tués par le père qui s'est ensuite donné la mort. 

On en sait plus sur la fusillade de la gare de Noyon dans laquelle deux enfants et leur mère ont été tués, et qui a laissé trois autres enfants orphelins, dimanche 10 septembre. 

Les faits se sont produits à 11h30 sur un quai de la gare de Noyon. Les gendarmes de la brigade de Guiscard avaient été requis dans la matinée par la victime, mère de cinq enfants et âgée de 34 ans.

Drame conjugal


L'époux venait de quitter la maison après une dispute au cours de laquelle elle lui avait annoncé son intention de quitter le domicile conjugal, situé à Guiscard (Oise).

Le père, fonctionnaire de police originaire d'Haïti et né en 1979, est ensuite revenu au domicile devant les gendarmes. Il était calme et n'a émis aucune objection lorsque sa compagne a sollicité un voisin pour la conduire avec ses enfants à la gare de Noyon.

Les gendarmes ont quitté les lieux une fois assurés que la mère et ses enfants se trouvaient chez le voisin. Pour des raisons logistiques, ce dernier a d'abord conduit la mère et ses trois plus jeunes enfants âgés de trois à cinq ans à la gare en laissant entre temps les deux aînés sous la garde de son épouse.

durée de la vidéo: 00 min 59
Ce que l'on sait sur le triple assassinat dans la gare de Noyon ©France 3 Picardie

Alors que la famille attendait sur le quai extérieur, le père a surgi et a tiré plusieurs coups de feu sur son épouse, puis sur deux de ses enfants avant de retourner son arme contre lui.

La mère et les deux garçons atteints sont décédés sous les yeux de la troisième enfant, indemne. Celle-ci, âgée de cinq ans, est la jumelle de l'une des victimes.

Un témoin recherché


Les enquêteurs cherchent à déterminer si l'arme du crime et les munitions utilisées sont celles de dotation du fonctionnaire de police. Ils invitent également le témoin qui a assisté à la scène et a pris la fuite à se manifester.

Au cours de sa conférence de presse dimanche soir, la procureur de la République de Compiègne Virginie Girard a employé à plusieurs reprises le terme d'assassinat, confirmant qu'il s'agissait bel et bien d'un acte prémédité.

durée de la vidéo: 02 min 51
Conférence de presse de Virginie Girard Procureur de la République de Compiègne ©France 3