Solidarité entre commerçants : à Noyon dans l'Oise, le boucher vend aussi des bijoux

À Noyon dans l'Oise, certains commerces ouverts se montrent solidaires avec ceux qui ont dû fermer à cause du confinement. Ils proposent de vendre à leur place leur marchandise. Ce qui peut donner parfois des situations insolites comme la boucherie qui fait aussi désormais bijouterie. 

En solidarité avec les commerçants fermés durant le confinement, une boucherie de Noyon a décidé de vendre les bijoux de la bijouterie voisine
En solidarité avec les commerçants fermés durant le confinement, une boucherie de Noyon a décidé de vendre les bijoux de la bijouterie voisine © Nagib Ben Ghezala / FTV
Entre les gigots et les côtelettes, des colliers en or, des pendentifs et des montres. Dans la boucherie de Romain Lacroix, à Noyon, de nouveaux produits attirent l'œil. C'est le moins que l'on puisse dire. Ces bijoux sont en réalité des pièces de la bijouterie voisine qui a dû fermer dès le début du confinement. "Il me restait une petite place en boutique, confie le boucher. L'idée m'est venue tout bêtement, je ne voulais pas laisser les artisans fermés seuls.

Pour des raisons d'hygiène et d'assurance, les bijoux de faible valeur ont leur propre vitrine. Les clients peuvent ainsi repérer les bijoux, puis ensuite passer commande auprès de la bijoutière par téléphone. 

D'abord surprise, la clientèle de la boucherie est touchée par ce geste de solidarité. "Pour des commerçants qui sont fermés, cela leur permet avant tout de vendre leurs produits et puis à l'approche des fêtes je me dis que je vais pouvoir acheter un cadeau pour ma maman", sourit un client. 

De son côté, la bijoutière Valérie Courcy salue la démarche, d'autant que la situation commence à devenir de plus en plus compliquée. "Le mois de décembre, c'est plus d'un tiers du chiffre d'affaire sur l'année, donc si on n'ouvre pas en décembre, on ne tiendra pas l'année prochaine", affirme-t-elle. 

L'opticien vend des vêtements, le caviste des sacs

À Noyon, cette solidarité est présente également dans d'autres commerces. L'opticien propose par exemple des vêtements de prêt-à-porter. Le caviste, lui, vend des sacs pour venir en aide au maroquinier. 

Les restaurateurs se serrent aussi les coudes. Un bar à soupe qui fait de la vente à emporter propose ainsi les pâtisseries du salon de thé voisin. "Je ne fais pas de dessert, cela fait une économie pour moi et mes voisins travaillent un petit peu. Tout le monde en profite", confie Holger Ewerd, chef de cuisine.

Les commerçants espèrent désormais pouvoir rouvrir le plus rapidement possible. Mardi 24 novembre, le président de la République, Emmanuel Macron, donnera les détails des nouvelles mesures qui seront mises en place. Une réouverture des commerces serait envisagée d'ici quelques jours. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société crise économique économie coronavirus/covid-19