Approvisionnement en carburants : les préfets du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et de l'Aisne interdisent l'utilisation de récipients transportables

Face aux difficultés d'approvisionnement en essence, et face à "l'afflux massif d'automobilistes vers les stations-service", les préfets du Nord, du Pas-de-Calais, de l'Aisne et de la Somme interdisent la vente et l'achat de carburants dans des jerricans.

Alors que 12% des stations essence ont des difficultés en France et 30% dans les Hauts-de-France (la région la plus touchée), les préfets du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme viennent de prendre des mesures pour réduire le phénomène pour chacun de leurs départements.

Dans un communiqué de ce mercredi 5 octobre, le préfet du Pas-de-Calais annonce ainsi l'interdiction de l'achat et de la vente de carburants en récipients sur le département. Une décision prise suite aux  difficultés d'approvisionnement en carburants constatés dans les arrondissements de Béthune et d'Arras, provoqués notamment par le blocage d'un des dépôts approvisionnant les Hauts-de-France, mais également par un afflux massif des automobilistes se rendant dans les stations-service.

"La situation est suivie très étroitement par la préfecture du Pas-de-Calais, en lien avec la préfecture de zone, afin de pouvoir mobiliser les 3 autres dépôts de la région via les réseaux de distributeurs et approvisionner en carburant de manière prioritaire les secteurs connaissant des tensions.", poursuit le communiqué. 

L'arrêté du préfet du Pas-de-Calais by EP on Scribd

Même situation pour le département de la Somme. "Afin d’éviter ces phénomènes d’achats préventifs, préjudiciables au bon fonctionnement des stations services, Etienne Stoskopf, préfet de le Somme, a décidé d’interdire la vente et l’achat de carburant dans tout récipient de type jerrican ou bidon jusqu’au vendredi 7 octobre 2022 à 23h59, sous réserve de prolongation", indique la préfecture.

Quant à l'Aisne, c'est le dernier département en date à avoir mis en place un arrêté interdisant tout "achat préventif" de jerrican du jeudi 6 au jeudi 13 octobre inclus. 

"C'est notre 4e station à Lille"

Dans le centre de Lille, plusieurs stations TotalEnergies sont fermées faute de carburant et dans une station Esso du centre-ville, il faut un minimum d'une heure d'attente pour s'approvisionner.

"On arrive d'Amsterdam pour aller à Paris, on cherche de l'essence depuis 1h30, c'est notre quatrième station", a expliqué Sofiane Ladjmi, qui voyage avec son frère, inquiet d'être "en retard pour les cours". Sur l'autoroute A1, une file d'attente à une station-service débordait jusque sur l'autoroute.

Aujourd'hui, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a récusé le terme de "pénurie", de carburant, préférant évoquer "des tensions" dans l'approvisionnement de certaines d'entre-elles, et appelant les automobilistes à éviter "l'effet de panique".

durée de la vidéo : 00h00mn31s
Olivier Véran, porte-parole du gouvernement ©AFPTV

"Comportement citoyen"

Dans un communiqué, le préfet du Nord a expliqué "qu'un mouvement social chez Total Energies provoque des difficultés d'approvisionnement en carburant dans les stations-service du département."

"La situation est suivie très étroitement par les services de l’État afin d’approvisionner en carburant de manière prioritaire les secteurs et professions connaissant des tensions, notamment en mobilisant les autres dépôts de la région".

Les quatre préfets appellent au "civisme" et à un "comportement citoyen" pour assurer la satisfaction des besoins de tous. 

Avec AFP

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité