Arras : Clint Eastwood en tournage dans la gare pour son film “The 15:17 to Paris”

Clint Eastwood sur les quais de la gare d'Arras. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Clint Eastwood sur les quais de la gare d'Arras. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le tournage du nouveau film de Clint Eastwood, "The 15:17 to Paris", retraçant l'attaque du Thalys, a commencé ce vendredi à Arras. Le prestigieux réalisateur est présent dans la gare.

Par Jeanne Blanquart

C'est un événement dont la ville d'Arras se souviendra. Le tournage du nouveau film de Clint Eastwood, intitulé "The 15:17 to Paris", a commencé ce vendredi matin dans la gare arrageoise. Depuis tôt ce matin, caméras et figurants ont envahi l'espace? Clint Eastwood a été vu et photographié sur les quais. 
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP


Arras : Clint Eastwood en tournage dans la gare pour son film "The 15:17 to Paris"

Le réalisateur a d'ailleurs été décoré par le maire d'Arras Frédéric Leturque de la médaille d'honneur de la ville. 



Des consignes de sécurité strictes ont été respectées. Les voitures encore présentes ont été évacuées par la fourrière, indique un internaute. 


Les figurants sur les quais


Clint Eastwood avait organisé un casting pour trouver des figurants, notamment des "vrais" pompiers et personnels du Samu etc. Finalement, 8 sapeurs-pompiers de la caserne d'Arras ont été sélectionnés pour participer au film. On a pu apercevoir les autres figurants, avec un dossard, attendre sur les quais de la gare. 

Clint Eastwood en tournage en gare d'Arras

 

Le destin des quatre héros


Parallèlement, les trois héros américains qui joueront leur propre rôle dans le film se sont exprimés ce matin au micro de RTL. Spencer Stone, Alek Skarlatos et Anthony Sadler expliquent comment leur vie a changé après l'attaque déjouée

"Pendant les trois premiers mois, j'étais euphorique qu'on ait réussi à tromper la mort. C'était simple. On était vivants. Et puis le Bataclan est arrivé. J'ai commencé à mesurer réellement l'étendue de ce qui aurait pu arriver dans le train", explique Christopher Norman, 64 ans.

"C'était la même cellule terroriste, celle qui a attaqué le Bataclan, qui a donné les armes à El-Kazary. Que s'est-il passé après ça ? Pour être tout à fait honnête ma vie professionnelle a été à la dérive pendant 6 mois, parce que j'ai raté pas mal de dates butoir. J'ai passé une période un peu difficile. Là, j'ai réussi à remonter la pente", poursuit le retraité. 

Le tournage du film, lui, se poursuit ce vendredi soir en direction de Paris, à bord du Thalys loué pour l'occasion, avec une partie des figurants sélectionnés. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus