Compteur Linky et surfacturation : une Arrageoise obtient la condamnation d'Enedis et EDF

© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP

Enedis et EDF ont été condamnés ce vendredi matin à payer 1500 euros de dommages et intérêts à Gilberte Morel, une Arrageois de 85 ans, qui avait vu sa facture d'électricité exploser après la pose d'un compteur Linky. Face à son refus de payer, EDF l'avait privée d'électricité pendant 2 mois. 

Par YF

C'est une victoire judiciaire pour Gilberte Morel, remportée ce vendredi matin devant le tribunal d'instance d'Arras. Cette retraitée arrageoise de 85 avait porté plainte contre Enedis après la pose d'un compteur Linky.

Ce nouveau compteur avait été installé chez elle en février 2017 par Enedis. Sa facture d'électricité s'est alors envolée. "Avant, je payais 100 euros pour l'année. Quand ils m'ont mis le compteur Linky en 2017, je suis arrivé à 500 euros, avec toujours la même façon de vivre", nous avait-elle expliqué le mois dernier.
 

Après un contrôle qui ne relève aucun dysfonctionnement du compteur Linky, Enedis, gestionnaire du réseau de distribution, l'accuse d'avoir trafiqué son ancien compteur, estimant qu'elle ne payait pas assez auparavant. Ou qu'elle aurait changé depuis ses habitudes de consommation... Gilberte Morel proteste et conteste ses factures. Le 1er septembre 2018, EDF, son fournisseur d'électricité, lui coupe le courant. "J'étais choquée et puis en colère, quand même. Être traitée comme ça à mon âge alors que je n'ai jamais triché. Ils m'ont répondu que non, que c'était normal, que j'avais triché. Ils m'ont dit : "Vous avez manipulé votre compteur. C'est pas possible. Ça fait au moins dix ans que vous trichez." J'ai dit : "Dites-moi comment on fait, hein..." Je ne sais pas le faire, moi...".
 

1500 euros de dommages et intérêts


Gilberte sera privée d'électricité pendant plus de deux mois, jusqu'au 4 novembre 2018. Dans son jugement, le tribunal estime que la hausse de consommation mesurée par le compteur Linky "démontre un problème de ce compteur, la société Enedis ne pouvant dès lors se contenter d'indiquer, sans produire le moindre élément tel qu'un compte-rendu de visite, que le contrôle n'a mis en évidence aucun dysfonctionnement et donné lieu à aucune intervention réelle, n'étant que visuel".

Le tribunal indique par ailleurs que la surconsommation a cessé après le contrôle du compteur Linky de Gilberte Morel en avril 2018, ce qui "vient directement contredire l'hypothèse d'un dysfonctionnement du compteur antérieur".

Enedis et EDF ont tous deux été condamnés à verser 1500 euros de dommages et intérêts à la retraitée arrageoise, ainsi que 800 euros correspondant aux frais de justice.
 

Sur le même sujet

Les + Lus