A Béthune, deux entreprises françaises vont s'installer sur le site de Bridgestone pour recycler des pneus

Mobivia et Black Star assurent que leur activité va créer une cinquantaine d'emplois dès 2022 et potentiellement près de 200 d'ici 2025. Elles utiliseront 25% de l'ancien site de Bridgestone.
La nouvelle activité utilisera 25% du site de Bridgestone.
La nouvelle activité utilisera 25% du site de Bridgestone. © Radio France /Maxppp / Nicolas Mathias

L'ancien site de Bridgestone à Béthune se réindustrialise. Deux entreprises françaises, Mobivia et Black Star (entreprise française de fabrication et de commercialisation de pneumatiques reconditionnés), ont signé vendredi 2 juillet un accord pour "la création d’une unité de collecte, de tri et de reconditionnement de pneus tourisme", comme l'explique un communiqué de presse de Mobivia. Ce projet, qui démarrera en janvier prochain, devrait permettre de créer une cinquantaine d'emplois en 2022 et près de 200 d'ici 2025. Il utilisera 25% de la surface de l'ancienne usine de Bridgestone. 

Concrètement, les centres auto de Mobivia (Norauto, Midas et Carter-Cash) serviront de lieu de collecte des pneus usagés. Ensuite "les pneumatiques seront acheminés, triés puis reconditionnés avant d’être mis de nouveau sur le marché" sur le site de l'ancienne usine Bridgestone de Béthune. Selon les chiffres de l'entreprise, chaque pneu reconditionné permettra d’économiser environ 80% de matière, soit 9kg de gomme et d’acier. "Cette démarche d’économie circulaire vise à donner une seconde vie aux pneumatiques, tout en permettant  aux consommateurs d’accéder à une offre élargie de pneumatiques éco-responsables à un très bon rapport qualité prix", déclare Mobivia. 

Après l'annonce de l'arrêt de l'activité sur le site de Bridgestone en septembre 2020, l'usine avait définitivement fermé en avril 2021. Plus de 850 salariés étaient employés sur le site béthunois. Avec l'ouverture de cette nouvelle activité, "le but est de compenser un maximum les emplois détruits par la fermeture", assure le ministère de l'Industrie selon France Bleu. Il précise qu'il y aura une "incitation" à recruter les anciens de l'usine. Toujours selon le ministère, d’autres projets de relocalisation sur le site de l'ancienne usine de Bridgestone seraient à l’étude.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie emploi