Verquin inaugure le premier monument dédié au sacrifice des soldats africains pendant la 2nde Guerre Mondiale

Publié le Mis à jour le
Écrit par Quentin Vasseur

Le fruit d'un partenariat long de deux ans avec un maire de la République du Congo.

Pour la première fois, un monument aux morts rend hommage aux combattants africains qui se sont sacrifiés pour libérer la France, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le maire de Verquin, près de Béthune (Pas-de-Calais), n'a pas attendu l'appel d'Emmanuel Macron, en août, à rendre hommage aux soldats africains de l'armée française. Bien au contraire. "C'est lui qui m'a piqué mon idée !" s'amuse Thierry Tassez.
 
 

Brazzaville, capitale de la France Libre


Une idée qui a germé en 2017, à l'occasion d'une visite du maire du 7arrondissement de Brazzaville, la capitale de la République du Congo, et qui fut autrefois "capitale de la France Libre, mais plus personne ne s'en souvient".

"Je m'étais rendu compte, pendant les cérémonies en Normandie, que le monde anglo-saxon était à l'honneur mais qu'il n'y avait rien sur les combattants africains" s'étonne l'édile de la commune de 3500 habitants.
 

Le projet a germé pendant deux ans, jusqu'à se concrétiser vendredi matin par l'inauguration d'un monument "en souvenir de Brazzaville, capitale de la France Libre", accompagnée de la mention "Hommage aux combattants africains pour la liberté du monde". Il a été cofinancé par le Congo (5.000 euros), l'association des maires du Pas-de-Calais (1.000 euros) et un accord de mécénat.

Le monument, fabriqué à partir en fer et découpé au laser par une entreprise béthunoise, montre le général De Gaulle passant en revue les troupes africaines. Des dignitaires de la République du Congo mais aussi du Burkina Faso, du Sénagal, de Côte d'Ivoire et de Guinée sont attendus à la cérémonie vendredi.
 

 

Du débarquement de Provence à Verquin...


Verquin n'a pas vu de combat sur son sol, pendant la Seconde guerre mondiale, et encore moins d'affrontements impliquant les soldats africains. Cela n'a pas empêché l'élu de vouloir "rectifier" l'absence d'hommages en France, mais cela a donné lieu à une scène cocasse quand il a sollicité le ministère de la Défense pour une subvention...

"On m'a demandé combien de soldats africains étaient morts à Verquin pendant le débarquement de Provence !" À mille kilomètres près, la commune aurait pu avoir sa subvention...
 
Le sacrifice des combattants africains
L'Afrique, grande oubliée des commémorations, a joué un rôle important dans la libération de la France pendant la Seconde guerre mondiale.
 
Par exemple, le corps de tirailleurs sénagalais (dont le recrutement s'étendait bien au-delà du Sénégal) a recruté près de 140 000 Africains entre 1939 et 1944, dont 24 000 ont été tués au combat ou faits prisonniers. Ils ont joué un rôle primordial dans la bataille de Bir Hakeim, la conquête de l'île d'Elbe ou le débarquement en Provence.