Coronavirus : sur la Côte d'Opale aussi, on fabrique des milliers de masques (et on a besoin de couturières !)

Des masques en tissu certifiés par le CHU de Lille / © Le Souffle du Nord
Des masques en tissu certifiés par le CHU de Lille / © Le Souffle du Nord

L'initiative "Les Masques en Nord" qui a permis la fabrication de 72 000 masques brevetés à destination des professionnels de santé s'exporte sur la Côte d'opale. L'appel à des couturières aguerries est lancé.

Par Corinne Sala avec IG

C'est une histoire d'hommes, de femmes et bonnes volontés mises en commun. "Des Masques en Côte d'Opale", prolongement de son grand frère du Nord s'apprête à coudre 12 000 pièces destinées aux professionnels de santé du Boulonnais, du Calaisis et du Montreuillois. Des kits fournis par l'entreprise Nordiste Lemahieu, fabriquant de sous-vêtements et qui devraient arriver au plus tard en début de semaine prochaine sur le littoral.
 

La Côte d'Opale, premier territoire à répliquer le dispositif


"Deux transporteurs ont accepté gracieusement d'aller chercher la marchandise à Lille et la ramener dans les 3 centres de stockage que nous préférons tenir confidentiels", explique Alexia Noyon, l'une des coordinatrices de l'opération littorale et directrice de la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil. Un lieu touristique, culturel et d'innovation sociétale.

 


236 kits commandés

Ceux qui commandent les masques, les hôpitaux, les infirmières ou les communautés d'agglomération selon les secteurs géographiques les achètent à la société Lemahieu au prix de revient.

Dans chacun des 236 kits déjà retenus, de quoi confectionner 50 masques en tissu lavable et brevetés Garridou ®, les mêmes que ceux déjà confectionnées pour le CHU de Lille : " C'est un projet solidaire à destination du personnel soignant, d'où ce modèle protégé. Dans chaque kit, 12 à 13 heures de fabrication à raison de 6 heures par jour pour chaque couturière. Nous avons besoin de 300 couturières expérimentées", détaille Guillaume Morlet, autre coordinateur et président de Cap Numéric à Coquelles
 


Besoin de main-d'oeuvre quasi professionnelle


Cette réplique nordiste a pu voir le jour grâce à une cohésion entre les réseaux et les pouvoirs publics, une coordination qui s'est faite rapidement et déjà plus d'une soixante de couturières a rempli en ligne le formulaire d'inscription : " C'est chouette ce maillage. J'avais plein de dossiers à gérer pour la Chartreuse mais comme je ne suis pas du genre à rester inactive et que je nullissime en couture, je me suis dit, il faut la lancer cette opération !", complète Alexia Noyon.
 

De son côté, Guillaume Morlet insiste sur les contraintes de l'exercice : " Le modèle à réaliser n'est pas simple, c'est pourquoi nous avons vraiment besoin de couturières chevronnées. De plus, ils ou elles doivent avoir une machine à coudre performante pouvant assembler des épaisseurs d'un centimètre ".
 
Tutoriel des masques en Nord


2 couturières référentes par secteur


L'hôpital de Boulogne-sur-Mer en a déjà commandé 3000, et le CHAM (centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer) s'est également manifesté. Des démarches avec Dunkerque et Saint-Omer, autres villes de la Côte d'Opale sont en cours. Une fois les masques confectionnés, ils seront validés par deux couturières référentes par secteur et formées par l'entreprise Lemahieu afin de pouvoir les acheminer au plus vite.

A Boulogne-sur-Mer par exemple, ce sont les agents de la ville qui vont s'occuper de la distribution des kits aux couturières. Des masques qui sont très attendus.
 




 

Sur le même sujet

Les + Lus