VIDEO. Boulogne-sur-Mer : on a visité le Musée San Martín, où a habité le libérateur de l'Argentine

À Boulogne-sur-Mer, dans la rue principale, flotte en permanence le drapeau de l'Argentine. En octobre dernier a eu lieu la nomination du 21ème conservateur de ce musée argentin qui célébre le général José San Martín.

La chambre du général San Martin, où il a vécu de 1848 à 1850.
La chambre du général San Martin, où il a vécu de 1848 à 1850. © P. Mahieu - France 3 Hauts de France

José de San Martín, le Libertador. Ce nom ne vous dit sans doute pas grand chose. C'est pourtant une légende argentine du 19e siècle, morte le 17 août 1850, à Boulogne-sur-Mer.

Dans la Grande Rue de la cité boulonnaise, impossible ne pas apercevoir la Casa San Martín - devenue musée Libertador San Martín - et son drapeau argentin qui flotte. Au-dessus de la porte, un écriteau sur lequel est écrit : "Dans cette maison est décédé le 17 août 1850, un illustre soldat de l'émancipation latino-américaine, le général argentin José San Martín, libérateur de l'Argentine, du Chili et du Pérou."

Le Musée San Martin de Boulogne-sur-Mer

Représenter l'Argentine à Boulogne-sur-Mer

Cette belle maison beige de 4 étages, où il a séjourné entre 1848 à 1850 chez l'avocat et journaliste Adolphe Gérard, a été achetée en 1926 par l'Etat argentin, qui en a fait un musée en l'hommage de son ancien général. En octobre 2019, le monument historique a changé de conservateur. A sa tête désormais, Carlos Gomez (52 ans), vêtu d'un impeccable uniforme de grenadier.

"C'est un poste très important, de responsabilité, qui permet de parler de l'histoire de Général San Martin, et de représenter l'Argentine à Boulogne-sur-Mer", explique celui qui occupe le double poste de consul et de guide du musée.

Héros national

Son objectif : faire connaître aux Boulonnais et aux touristes la vie de ce héros national qui a libéré son pays de l'oppresseur espagnol durant une campagne militaire héroïque de 1817 à 1823. "C'est la personne la plus célèbre de l'histoire de l'Argentine, avoue Carlos Gomez. Il a libéré l'Argentine, le Chili, le Pérou, l'Amérique du sud." Lettres, ouvrages, reliques et effets personnels... La maison a été préservée, les meubles ont été exposés quasiment comme lorsqu'il y vivait, au milieu du 19e siècle.

Chaque année, ce musée gratuit accueille plus de 1300 visiteurs. Le général San Martín n'est pas uniquement présent sur la Grande-Rue de Boulogne-sur-mer. Une statue équestre de 8,70 mètres de haut à son effigie trône depuis 1901 sur la Promenade San Martín, à deux pas de la plage.

Boulogne-sur-Mer est devenue une ville argentine de la banlieue de Buenos Aires, peuplée aujourd'hui de près de 75 000 habitants. Un hommage à la cité française où est mort San Martín.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musée histoire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter