Calais : un migrant décède en tentant de monter dans un camion

Trois semaines après la mort de Yasser, un jeune Soudanais mortellement percuté en voulant monter dans un camion, un nouveau migrant est décédé à Calais dans des conditions similaires. Les associations reportent la réunion prévue avec les services de l'Etat ce jour et organisent une commémoration.

Un homme a perdu la vie jeudi 21 octobre dans la matinée en tentant de monter dans un camion pour rejoindre le Royaume-Uni. Le drame a eu lieu dans la zone industrielle Marcel Doret, à Calais.

Décès d’un exilé à Calais

"Un homme a été découvert blessé par une patrouille de police" peu après 7 heures du matin jeudi 21 octobre, indique le procureur de Boulogne-sur-Mer Guirec Le Bras. Transporté au centre hospitalier de Calais, l’homme y est décédé quelques heures plus tard.

L’identification de la victime est en cours et une autopsie va avoir lieu dans les prochains jours pour déterminer les causes exactes du décès. "Les faits se sont déroulés à proximité d’une station de poids lourd qui est habituellement utilisée par des migrants pour essayer de s’introduire dans ce type de véhicule", précise le procureur.

Une hypothèse privilégiée car "il y avait un camion à proximité lorsque la police est arrivée sur place et un groupe de migrants s’est constitué autour de la personne blessée". Une enquête a par ailleurs été ouverte. 

Grève de la faim

Ce décès intervient dans un contexte de forte tension entre les associations d’aide aux migrants et les services de l’Etat. Ces dernières dénoncent la saisie systématique des tentes et affaires des exilés lors des évacuations de campements et l’impossibilité pour eux de récupérer leurs effets personnels. Des affiches ont été placardées dans la ville.

Dans le même temps, le père Philippe ainsi que deux bénévoles ont entamé une grève de la faim il y a douze jours (le 11 octobre dernier) pour dénoncer la "constante dégradation des conditions de vie des personnes exilées à Calais".

Hommage ce vendredi

Pour tenter d’apaiser la situation, le préfet du Pas-de-Calais Louis Lefranc a décidé "d’accroître la fréquence des réunions de concertation organisées à la sous-préfecture de Calais" avec les associations qui le souhaitent pour les rendre mensuelles, afin notamment "d’établir un nouveau protocole de restitution des effets personnels que les migrants auraient pu perdre lors des opérations d’évacuation".

Une première réunion était prévue ce vendredi 22 octobre à 19h30 mais les associations ont décidé d’annuler leur participation à la suite du nouveau décès survenu hier. "Quand on déplore un mort, il y a toujours un moment de recueillement et une commémoration organisée au Parc Richelieu deux jours après", détaille Jean-Claude Lenoir, président de l’association Salam.

Le rendez-vous avait été fixé vendredi 22 octobre à 18h30. Plusieurs dizaines de personnes ont notamment observé une minute de silence. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration migrants décès faits divers