Calais : un véhicule militaire effectue des dérapages devant un camp de migrants, l’armée ouvre une enquête

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lucie Caillieret
À Calais, de nombreux exilés sont venus en aide au véhicule militaire enlisé dans la boue.
À Calais, de nombreux exilés sont venus en aide au véhicule militaire enlisé dans la boue. © Louis Witter

Une vidéo qui montre un 4x4 de l'Armée de Terre, réalisant dérapages et accélérations, suscite de nombreuses réactions. La scène s'est produite ce dimanche 19 décembre, à Calais, devant un camp de migrants.

Des militaires, appartenant à l'opération "Sentinelle", qui effectuent plusieurs accélérations et dérapages dans la boue, devant un camp où vivent des centaines de migrants. Avant que le véhicule ne finisse embourbé sur ce terrain vague.

Cette scène s’est déroulée ce dimanche 19 décembre, au bout de la rue du Beau Marais à Calais, au niveau de l’entrée sur la commune voisine de Marck. Un bénévole, présent sur place pour distribuer du bois, a alors filmé le véhicule.

Relayée ensuite sur Twitter par le photojournaliste Louis Witter, la vidéo d’une vingtaine de secondes a suscité de nombreuses réactions. 

Des migrants ont aidé à la manœuvre 

Les militaires sont dans un premier temps sortis de l'habitacle, avec leurs armes. Ils ont ensuite tenté de dégager le véhicule pendant plusieurs heures. De nombreuses personnes exilées leur sont venues en aide. En vain. 

C'est finalement grâce à un autre camion militaire que le 4X4, à l’immatriculation militaire, a pu être extrait de la boue

Le bénévole, qui souhaite rester anonyme, explique pourquoi il a voulu partager ces images : "C'est un site où nous, associations, nous sommes parfois verbalisées lorsque l'on distribue de l'eau et de la nourriture."

J'ai trouvé ça très violent : un 4x4 militaire qui fait des dérapages au milieu d'un lieu où vivent certaines personnes.

Auteur des images

L’Armée de Terre ouvre une enquête

Quelques heures après le partage de ces vidéos sur les réseaux sociaux, l’Armée de Terre a réagi sur Twitter, qualifiant les faits "d’inadmissible" et annonçant l’ouverture d’une "enquête de commandement".

Dans un communiqué publié ce dimanche soir, l'état-major des armées résume les faits : "un des militaires, conducteur d’un véhicule de patrouille de type VT4, a eu un comportement totalement inapproprié en se livrant à des manœuvres dangereuses, qui ont conduit à l’embourbement du véhicule."

L'état-major précise que "des sanctions appropriées seront ensuite décidées en fonction des responsabilités qui seront établies."

Municipalité et association réagissent

Contactée, la municipalité de Calais déplore également ces images. 

Avec tout le respect que j’ai pour les forces sentinelles, ce n’est pas un comportement digne de militaires. J’espère qu’ils en assumeront les conséquences.

Philippe Mignonet

Adjoint délégué aux sécurités

"Ils n’avaient pas à faire ce genre de choses, leur attitude est inadmissible", a réagi Philippe Mignonet, adjoint au maire en charge des sécurités qui a été alerté de ces faits.

Ça met en avant la déconnexion entre ce que vivent ces personnes et les actions de l’Etat.

Nikolaï Posner

UTOPIA 56

De son côté, l’association UTOPIA 56 estime que « d’une certaine manière, c’est une scène humaine au milieu de conditions de vie qui sont inhumaines et qui elles nous choquent depuis des années », déplore Nikolaï Posner, coordinateur de la communication.  

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.