Migrants à Calais : un journaliste de Nord Littoral répond aux accusations de Yann Moix

Peu avant la visite de Yann Moix, la situation était tendue entre les CRS et les migrants dans la zone des Dunes. / © MAXPPP
Peu avant la visite de Yann Moix, la situation était tendue entre les CRS et les migrants dans la zone des Dunes. / © MAXPPP

Julien Pouyet, journaliste chez nos confrères de Nord Littoral, a répondu aux propos du chroniqueur et écrivain Yann Moix, qui accuse l'Etat d'avoir "instauré à Calais un protocole de la bavure" des forces de police sur les migrants. Le reporter dénonce le double discours de Yann Moix. 

Par Mahaut Landaz

Tribune contre tribune. Depuis que Yann Moix a dénoncé les bavures des forces de l'ordre sur les migrants dans le Calaisis, d'abord sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" puis dans une tribune publiée dans "Libération", l'affaire n'en finit pas de rebondir. Dernier épisode en date, la réponse d'un journaliste de Nord Littoral, Julien Pouyet, qui suit la situation sur place depuis plusieurs années. 



Dans une tribune publiée, là encore, dans "Libération", Julien Pouyet, soutenu par l'ensemble de la rédaction de Nord Littoral, dénonce le double discours de Yann Moix. Car entre sa tirade du 6 janvier sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", où il a notamment affirmé que des CRS gazaient les couvertures des migrants, et sa tribune publiée dans "Libération" le 21 janvier, Yann Moix s'est rendu à Calais le 16 janvier, où il a discuté avec des policiers. Or, selon le journaliste Julien Pouyet, il n'y aurait pas "tenu le même discours" que dans les médias. 



Selon Julien Pouyet, Yann Moix était bien plus nuancé devant les policiers calaisiens 

"Face à ces policiers, vous n’avez pas tenu le même discours. Vous avez confirmé avoir assisté à Calais à des faits qui vous ont retourné, choqué, meurtri. Qui ne le serait pas ? Mais vous avez également précisé que vous ignoriez tout du contexte. Vous ne savez pas ce qui s’est passé avant. Vous n’avez aucun élément sur ce qui s’est déroulé après. Je l’ai entendu et je l’ai filmé", écrit le journaliste de presse locale. 


Ce jour là, Yann Moix aurait également affirmé s'être emporté sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché". "Ce que vous avez dit chez Laurent Ruquier, vous l’avez dit avec vos tripes, mais vous en regrettez si ce n’est le fond, la forme, son caractère généralisant. C’est ce que vous avez dit aux policiers et ce que j’écris là, je l’ai entendu et je l’ai filmé", affirme Julien Pouyet. 



Toujours selon le journaliste, Yann Moix aurait alors proposé aux policiers présents de "s'excuser à la télévision", "de nuancer [ses] propos", et de "préciser que les fonctionnaires de police, dans leur grande majorité, font un travail remarquable et qu’il y a aussi face à eux une violence migratoire difficile à gérer". 


Sur le fond, les éléments apportés par Julien Pouyet vont plutôt dans le sens du préfet du Pas-de-Calais. Dans une lettre ouverte, Fabien Sudry expliquait lui aussi que Yann Moix s'était excusé auprès de lui au téléphone et avait admis avoir tenu des propos "outranciers" dans l'émission de Laurent Ruquier.


La rédaction de Nord Littoral reproche également à la tribune de Yann Moix son manque de nuance. "Votre tribune s’ajoute à toutes celles qui ne pèsent jamais le pour et le contre. Elle ne permet pas d’avancer. Ainsi exposés, vos propos servent davantage votre cause – la sortie de votre prochain film – que la cause – régler la crise à Calais."

Une tribune reprise par les soutiens de l'exécutif 

Par ailleurs, la tribune de Nord Littoral est désormais partagée par les soutiens du président Emmanuel Macron, comme la députée Aurore Bergé ou le compte Twitter "Team Macron", en réponse aux accusations de Yann Moix. 


Comme le préfet du Pas-de-Calais, certains soutiens de l'exécutif reprochent à Yann Moix de promouvoir son film tourné à Calais plutôt que de s'intéresser réellement au sort des migrants. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus