Naufrage de 31 migrants dans la Manche : 5 militaires du CROSS Gris-Nez mis en examen pour non-assistance à personne en danger

Il s'agirait de trois femmes et deux hommes en fonction au moment des faits au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Gris-Nez (Pas-de-Calais), chargé des secours dans la Manche.

L'enquête avance, et prend un nouveau tournant. Selon les informations de nos confrères de l'AFP, cinq militaires du CROSS Gris-Nez ont été mis en examen pour non-assistance à personne en danger, dans l'enquête sur le naufrage de 31 migrants dans la Manche en novembre 2021.

Il s'agirait de trois femmes et deux hommes qui étaient en fonction au moment des faits, dans la nuit du 23 au 24 novembre 2021.

La décision est tombée ce jeudi 25 mai 2023 à 16h30. Quelques heures plus tôt, une dizaine de personnes avaient été placées en garde à vue et certains avaient été présentés devant le magistrat instructeur de la Juridiction de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) du tribunal judiciaire de Paris.

Les cinq militaires ont été laissés libres sans contrôle judicaire.

Non-assistance à personne en danger

Ces militaires, qui officiaient au centre régional opérationnel de secours et de sauvetage du Pas-de-Calais, sont suspectés de ne pas avoir porté assistance aux migrants qui demandaient de l'aide alors que leur canot était en train de couler.

Selon des échanges révélés par nos confrères du Monde en novembre 2022, les autorités françaises sont soupçonnées de ne pas avoir porté assistance aux naufragés qui appelaient à l'aide, renvoyant notamment la responsabilité aux autorités anglaises. 

Au total, au moins 27 personnes âgées de 7 à 46 ans ont perdu la vie en se noyant dans la Manche au petit matin du 24 novembre 2021, dont six femmes et une fillette. Quatre corps n'ont jamais été retrouvés.

Avec AFP