• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Procès en appel d'une passeuse amoureuse d'un migrant à Calais : dispense de peine confirmée

Béatrice Huret et son avocate. / © AFP
Béatrice Huret et son avocate. / © AFP

La cour d'appel de Douai a reconnu coupable Béatrice Huret, qui avait aidé trois migrants iraniens de l'ex-"Jungle" de Calais, dont son amoureux, à gagner l'Angleterre par bateau, mais la dispensant de peine, confirmant le jugement en premier instance.

Par AFP

La Cour "a confirmé le jugement concernant Béatrice Huret", a indiqué vendredi à l'AFP un porte-parole de la juridiction. En première instance, elle était poursuivie pour "aide à l'entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d'un étranger en France en bande organisée" et "mise en danger de la vie d'autrui".

Reconnue coupable en juin 2017 par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer elle avait été dispensée de peine. Le parquet avait fait appel de cette décision.



Veuve depuis 2010 d'un policier, Béatrice Huret, quadragénaire, a découvert la "Jungle" de Calais en 2015 en prenant en stop un jeune Soudanais qui lui demande de l'y déposer. Ex-sympathisante du Front national, Mme Huret décide alors de s'y rendre régulièrement comme bénévole et rencontre ainsi Mokhtar. Il faisait partie d'un groupe d'Iraniens qui s'étaient cousu la bouche pour protester contre le démantèlement d'une partie de la "Jungle".


Elle explique avoir agi "par amour"


A la demande d'une connaissance qui comparaît à ses côtés, elle accepte d'héberger le réfugié dont elle tombera amoureuse. Mais, Mokhtar est déterminé: il veut rejoindre l'Angleterre. Pour y parvenir, l'ancienne aide-soignante l'aide à dénicher le petit bateau de plaisance acheté 1000 euros sur Le Bon Coin qui servira à la traversée et à organiser le départ.

Elle a toujours reconnu ces faits, répétant avoir agi "par amour" et n'avoir touché aucune rémunération. En juin 2016, Mokhtar et deux autres Iraniens sont parvenus à rejoindre la Grande-Bretagne après avoir été pris en charge par les services de secours britanniques près des côtes anglaises.



L'embarcation était alors en difficulté. Mokhtar a désormais le statut de réfugié en Grande-Bretagne et vit dans les environs de Sheffield.


A lire aussi

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus