Face à l'érosion du littoral, des riverains réclament des travaux pour protéger leurs maisons : "il faut agir maintenant pour éviter les expropriations"

Sur le trait de côte d'Ambleteuse (Pas-de-Calais), la dune s'effrite peu à peu, menaçant les maisons aux abords de la digue. Les associations de riverains et le maire d'Ambleteuse expriment leurs craintes face à l'érosion des terres et au coût d'une éventuelle expropriation des habitants de la côte. Toute la commune s'impatiente face à l'inaction politique.

Le long du trait de côte de la ville d'Ambleteuse, située sur la Côte d'Opale, la mer ne cesse de gagner du terrain. Les riverains ne peuvent que constater avec effroi la montée des eaux dû à l'effritement de la côte. Au cœur de la petite ville balnéaire, une longue jetée arrête les vagues, mais à l'extrémité sud, face au Fort Vauban, l'érosion a déjà engendré des dégâts.

Les bords nord et sud de la digue particulièrement exposés

Vincent Destombes, président de l'association nautique d'Ambleteuse affirme que plus de 50% du parc à bateau club de voile a déjà été emporté par les flots. "Ici, on a perdu 3-4 mètres en 1 an. C'est irrémédiable si on ne fait rien, c'est notre activité qui est en jeu", se désole-t-il.

Au nord de la digue, les habitants du hameau de la page sont aussi très inquiets pour l'avenir de leur maison. Ils redoutent qu'elles soient bientôt classées en zone non habitable. Hélène Boulet, présidente de l'association du trait de côte d'Ambleteuse explique : "Si on a une grosse tempête par grande marée, les vagues monteraient sur la digue et l'eau attaqueraient la dune, emportant le sable."

Un scénario évitable

Si le littoral continu de reculer, près d'une dizaine de foyers pourrait être expropriés. Le maire, Stéphane Pinto, préférerait que des travaux soient effectués et que la communauté de communes de la Terre des Deux Caps investisse pour freiner l'érosion du trait de côte.

"Une maison sur la digue d'Ambleteuse et de ses abords, au minimum, c'est 500-600 000 euros, le budget de la commune ne pourra pas supporter les dépenses liées à la préemption de ces logements"indique le maire.

Pour l'association de riverain, la communauté de communes dispose déjà d'une étude avec des solutions à mettre en place urgemment. "On voudrait soit la construction d'un enrochement conséquent qui puisse protéger la dune et ses habitants pour les 30, 50 ou 100 ans à venir ou alors une digue avec du béton", détaille Hélène Boulet.

À ce jour, aucun projet n'est prévu pour freiner le recul du trait de côte. "C'est important de se mettre autour d'une table et trouver des solutions. On est tous pareils, personne n'a envie de voir disparaître son logement pour lequel on a œuvré des années à l'entretenir", conclut le maire d'Ambleteuse.

Avec Olivier Faissolle / FTV