Harcèlement scolaire : "En toute humilité, j’aimerais vraiment aider", rencontre avec Anne-Sophie Calais, autrice de La marche des justes

Anne-Sophie Calais est enseignante au Lycée Louis Blaringhem à Béthune. Professeure d’anglais, son troisième roman, paru aux éditions Nord Avril en septembre 2023, parle du harcèlement scolaire avec beaucoup d’humanité. Rencontre

Anne-Sophie est originaire de la côte d'Opale : "Comme mon nom l’indique, je suis née à Calais dans le Pas-de-Calais. C’est mon vrai nom et cela faisait rire beaucoup de personnes lorsque j’étais enfant, d’autant plus que ma meilleure amie à l’époque, s’appelait Isabelle Boulogne (rires)". Professeure d’anglais elle a deux enfants, une fille de 27 ans, et un fils de 24 ans. Elle a toujours aimé écrire. Toute petite elle écrivait pour ses parents des poèmes, des livres de vacances, rien que la formation des lettres, la forme, le fond la captivaient…

Trois romans inspirés de la réalité

Pour ses trois romans, son inspiration est tirée de ce qu’elle a vu, entendu, vécu. Des thèmes difficiles à aborder dont elle parle avec des mots justes, tendres, forts.

"Notre société cultive la peur, et pourtant c’est tellement libérateur au moment où en parle, où le problème est en dehors de nous." 

Si j’écris c’est parce que en toute humilité j’aimerais tellement aider, je crois que cette notion d’aide est ancrée en moi

Anne-Sophie Calais

Anne-Sophie Calais fait partie de ces enseignants qui pensent "qu’investir dans les enfants, c’est l’avenir", cependant l’année dernière elle a eu le cœur brisé.  "jJ'avais 210 élèves à gérer, donc pas beaucoup de temps pour m’en occuper. En terminale ils n’ont que deux heures d’anglais…A chaque fois que l’on passe du temps avec et pour les enfants, c’est la société qui ira mieux".

Ses élèves lui disent : ce que vous dites, vous le faites. Et pourtant, parfois c’est compliqué, un enseignant se sent seul "face à un public". Mais elle ne lâche rien dans son rôle d’enseignante, de transmission du savoir éducatif. Dans l’écoute et le conseil également.

"Il est important de travailler sur l’estime de soi. Lorsque l’on fait des choses difficiles, cela nous rend fier de nous. Depuis plus de 25 ans que j’exerce, je n’ai jamais vu autant de phobie scolaire qu’actuellement. Des jeunes qui n’ont pas confiance en eux, qui n’ont pas envie de grandir (le monde des adultes ne les fait pas rêver), qui ont peur de ne pas réussir leur vie."

"J’ai beaucoup de chance, car j’ai commencé dans la vie avec des choses jolies, si j’écris c’est parce que en toute humilité j’aimerais tellement aider, je crois que cette notion d’aide est ancrée en moi. Je suis tellement heureuse au moment où j’ai pu débloquer quelque chose, où c’est plus simple après."

>>> Voir ou revoir l'émission Hauts-Féminin consacrée à Anne-Sophie Calais en cliquant ici

Un premier livre, L’évaporation, à destination des adolescents sur la confiance en soi, suite au suicide d’une élève de 15 ans. "Je suis rentrée chez moi bouleversée, comment se fait-il qu’à cet âge-là on pense que la mort soit une solution ? C’est une période de notre vie où l’on est hypersensible, on reçoit tout frontalement, une période de transition où la chrysalide doit s’ouvrir, une période fleur bleue essentielle à la construction de l’être humain."

Un second, LE Mante religieuse, sur une relation avec un pervers narcissique, le parcours de l'emprise vu de l’intérieur où son personnage principal, Clémentine, va tomber au plus bas petit à petit, une histoire d’amour qui devient destructrice. Des choses vécues de près et de loin…

 

Et le troisième, La marche des justes, sur le harcèlement scolaire. Elle raconte l’histoire de Zoé. Je vous le disais, Anne-Sophie s’inspire de la réalité. Tout ce qui est décrit dans son roman, elle l’a vu, entendu, vécu. Elle aborde ce sujet des deux côtés, harceleur, harcelé, dominant, dominé. Lorsque je lui demande ce qu’elle a ressenti au moment de la parution de La marche des justes elle me répond : "Une peur de décevoir et un désir de porter la voix de ces jeunes que j'ai empêché de mourir. Je leur ai dédié mon roman. Ils étaient devenus importants aux yeux du monde et aux miens. Je portais la fierté de leur existence car je les aime tels qu'ils sont. Ils étaient libérés et pourraient vivre enfin!".

>>> Ecoutez le podcast avec Anne-Sophie Calais ci-dessous.

Le harcèlement scolaire, peu de personnes veulent en parler:

"A l’école c’est compliqué, certains établissements ont peur d’être catalogués lieu de harcèlement, pour les parents c’est difficile aussi car ils ont parfois l’impression qu’ils n’ont pas su protéger leurs enfants, et pour les enfants c’est encore plus compliqué. parfois quand c’est dur, les gens ne veulent pas entendre."

Une personnalité hors du commun

Anne-Sophie aime la Vie. Elle ne manque pas de rire, de positiver, de chercher dans chaque chose vécue le bien à en tirer :

Si vous êtes malheureuse dans une vie, il y a d’autres vies. Il faut chercher le bonheur dans tout ce qui nous entoure.

Anne-Sophie Calais

"Si vous êtes malheureuse dans une vie, il y a d’autres vies. Il faut chercher le bonheur dans tout ce qui nous entoure. Une fois, je suis rentrée chez moi et j’ai regardé chacun des objets autour de moi, je leur disais, toi tu me donnes le sourire je te garde, et à l’inverse certains ne m’apportaient rien alors je ne les ai pas gardés (éclats de rires)".

Avec son conjoint, ils profitent de chaque moments que la vie leur offre "Il avait une petite liste de toutes les choses qu’il aimerait faire dans sa vie. Aujourd’hui nous avons une liste commune, et à chaque objectif atteint, nous le barrons."

Des choses simples, comme dormir à la belle étoile, camper au bord d’un lac…Idée qu’elle transmet à ses élèves, pour que, eux aussi, dressent une petite liste de souhaits. Et le but me direz-vous ? Tout simplement leur faire comprendre que ce qui leur apporte du bonheur est parfois très simple et surtout accessible.

 

Les jeunes sont hyper connectés de nos jours. Ils communiquent très peu au final et reçoivent beaucoup d’infos dans tous les sens. Imaginez leurs têtes lorsqu’elle leur explique que le téléphone portable n’existait pas à son époque, qu’il y avait des cabines téléphoniques pour éventuellement appeler nos parents en cas de journée scolaire terminée plus tôt ! "Certains me disent, moi j’appelle ma maman quand je sors de l’école, quand je monte dans le bus, quand j’en descends et quand je suis rentré à la maison. Je leur demande pourquoi et leur réponse est toujours la même : Pour rassurer mes parents, du coup, je leur dis, vous ne pensez pas que normalement ce sont les parents qui protègent les enfants ?"

Lorsque l’on est honnête avec ce que l’on vit, personne ne se moque de ce qui est vrai. Les sujets qui nous ébranlent ne sont pas de la faiblesse !

Anne-Sophie Calais

Exprimer ses émotions

Anne-Sophie est bien consciente que nous ne vivons pas dans un monde de "bisounours", cependant elle est convaincue que la sensibilité, les émotions doivent être protégés. "Toute expérience de vie doit être une expérience qui nous construit, on apprend énormément des autres, même sur soi-même".

Anne-Sophie croit aussi au coup de foudre en amitié (aller, je vous avoue, je crois que nous en avons eu un en bavardant). "J’en connais qui trient leurs amis sur le volet. Pas moi ! Les rencontres, les échanges, la magie de l’instant, pour moi c’est ça la richesse de l’être humain, et parfois ça donne un coup de foudre d’amitié"

 

Dans notre conversation, elle m’a plusieurs fois dit : "Celui qui n’a pas d’émotions est un psychopathe." elle est convaincue que "Lorsque l’on est honnête avec ce que l’on vit, personne ne se moque de ce qui est vrai. Les sujets qui nous ébranlent ne sont pas de la faiblesse."

Ecrire est devenu un second métier. A terme, bien sûr qu’Anne-Sophie Calais aimerait avoir plus de temps pour le faire, mais elle se refuse à arrêter son métier d’enseignante. Elle connait déjà le prochain livre sur lequel elle va travailler. "Dans quelques temps, je vais réécrire l’histoire d’une jeune femme de ma famille (la fille d’une de cousins qui vivent aux Etats-Unis) Elle a eu un parcours incroyable, parsemé d’embûches, mais elle s’est donné le moyen de réaliser son rêve, devenir pilote de chasse de l’US Air Force. Elle a même été décorée par Obama…" Quand je vous dis que le réel l’inspire.

Questions à l’autrice

1. Si vous deviez écrire un livre qui n’a rien à voir avec les thèmes déjà abordés, ce serait quoi ?

"Je voudrais parler de la femme et de sa réalisation personnelle et non à travers des dictats sociétaux, parler d'elle comme un être humain et non comme un être sexué qui devrait correspondre à des conventions préétablies. J’ai plein d'idées : le droit à mourir pour soi avec sérénité et non de survivre pour l'autre  qui souhaite égoïstement votre présence car c'est mal de vouloir partir ! La parole qui libère : cette église qui vend de si belles idées mais qui verrouille la parole et meurtrit ses enfants. Le droit à la parentalité mais le devoir d'être un parent aimant. Comprendre pourquoi certaines femmes ont eu recours à l'infanticide alors que l'avortement est légal ... je m'interroge sur ce fonctionnement humain et ce rapport à l'autre et à soi."

2. Quelle a été votre réaction en découvrant que votre premier livre allait être publié ? 

"J'ai bondi de mon lit en lisant ce sms ! J'ai ouvert mes emails, toute tremblante, et j'en ai pleuré de joie! On m'a tellement persuadée que je ne valais rien..."

3. Connaissez-vous la fin de votre roman avant de l’écrire ?

"Oui, je connais le titre et la fin globalement. Quand je commence à écrire, tout ce qui m'entoure semble répondre à mes interrogations ou donner un éclairage à ma réflexion comme si l'univers était en osmose avec mon ressenti."

4. Enfin, quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu ?

"Ecoute ta petite voix intérieure, c'est elle qui a toujours raison. Etre soi et être honnête car on se sent en paix avec soi-même. Etre gentil envers l'autre c'est se respecter soi, ça cultive notre propre estime.  J'ai rencontré des gens si merveilleux : Mon chéri et mes enfants sont mes piliers, mes parents avec leurs faiblesses mais tant d'amour et ma professeure et amie Tatiana Guerchovitch, Chrystel Wautier (chanteuse de Jazz), et tant d'autres ...."

Anne-Sophie Calais une auteure à découvrir et une professeure d'anglais à souhaiter pour nos enfants.