• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Visé par une procédure de révocation, le maire d'Hesdin va s'exprimer ce vendredi soir

Stéphane Sieczkowski-Samier lors de la cérémonie des voeux à Hesdin en janvier 2019. / © afp
Stéphane Sieczkowski-Samier lors de la cérémonie des voeux à Hesdin en janvier 2019. / © afp

Confronté à plusieurs procédures judiciaires, lâché par son conseil municipal, Stéphane Sieczkowski-Samier est sous le coup d'une procédure de révocation. Le maire d'Hesdin a annoncé qu'il s'exprimerait ce vendredi à 18h30 lors d'une conférence de presse. 

Par MS

En 61 ans d'existence, la Ve République n'a prononcé que 4 révocations de maires. Stéphane Sieczkowski-Samier, élu en 2014, à l'âge de 22 ans à peine, pourrait être le cinquième.

Lancée le 28 mai dernier, la procédure qui vise le maire d'Hesdin devra être validée dans les prochaines semaines par le Conseil des ministres, seul habilité à prendre cette décision.

Stéphane Sieczkowski-Samier doit s'exprimer ce vendredi à 18h30 lors d'une conférence de presse.
Jusqu'ici, il n'a fait aucun commentaire sur la procédure qui le vise. Silence radio aussi du côté de son avocat.
 

 

Des procédures judiciaires et une gestion désastreuse de la ville


Isolé, le maire DVD d'Hesdin a été au fil des années et de ses frasques lâché par son conseil municipal, dont il a fini par perdre la majorité. 
Pour la deuxième année consécutive, le budjet n'a pas pu être voté et la Chambre régionale des comptes a publié un rapport accablant sur la gestion des deniers municipaux, en pointant « une situation critique, devenue chaotique ». 

Stéphane Sieczkowski-Samier est par ailleurs visé par plusieurs affaires judiciaires. Il est notamment soupçonné d'avoir détourné plus de 114 000 € de fonds publics au préjudice de la ville d'Hesdin. L'affaire doit être jugée le 12 septembre prochain au tribunal correctionnel.

 

Le jeune élu et sa mère ont été placés en garde-à-vue à plusieurs reprises, encore dernièrement en mai et en janvier 2019, visés pour une enquête de "détournement de fonds publics", concernant des restaurants, des achats de matériaux, d'objets, des voitures... et aussi deux revolvers.

Stéphane Sieczkowski-Samier a aussi été déclaré inéligible pour 3 ans en mai 2018 pour des comptes de campagnes invalidés lors des dernières élections législatives.
 

Quels recours du maire en cas de révocation ?


Comme l'indiquent nos confrères de la Voix du Nord, l’article L.2122-16 du code général des collectivités territoriales stipule qu'un maire révoqué redevient un simple conseiller municipal. Le même article prévoit aussi que la révocation entraîne de facto une inéligibilité aux fonctions de maire et d’adjoint pendant une durée d’un an à compter du décret de révocation. 
 


Quoi qu'il arrive, Stéphane Sieczkowski-Samier ne pourra pas se présenter aux élections municipales l’année prochaine puisqu’en mai 2018, le conseil constitutionnel l’a déclaré inéligible pour une durée de trois ans. 

Pour se défendre, le maire d’Hesdin est invité, dans un premier temps, à formuler des observations sur les faits qu’on lui reproche. Il a ensuite toujours la possibilité de formuler un recours devant le conseil d’État.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus