Maîtrisé par le PSV (1-0) à Eindhoven mercredi à l'issue d'une performance insuffisante, Lens a vu la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions s'éloigner. Il reste néanmoins deux matchs pour essayer de "remporter des rencontres", selon le mot de Franck Haise, entraîneur de Lens. Réactions d'après match.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Deuxièmes avant cette 4e soirée européenne de la saison, Les Sang et Or sont désormais troisièmes (5 points), dépassés par les Néerlandais (5 points aussi mais une meilleure différence particulière). Vainqueur du Séville FC dans le même temps (2-0), Arsenal (9 points) a fait un grand pas vers l'étape suivante, tandis que les Andalous (2 points) ferment la marche du groupe B.

Sur le nombre de cartons, j'ai juste une statistique : on a fait dix fautes, et pris huit cartons jaunes et un rouge [...] Les regrets, c'est de ne pas réussir à être suffisamment calme

Franck Haise, entraîneur de Lens

Franck Haise, entraîneur de Lens : "Sur le contenu du match, je pense qu'on a (...) fait ce qu'on avait prévu, notamment une entame plutôt cohérente. Dans ces matches, il faut toujours beaucoup de justesse technique dans les zones où il faut être efficace. Ça n'a pas été le cas. Je suis fier de ce que mes joueurs ont donné. Sur le nombre de cartons, j'ai juste une statistique : on a fait dix fautes, et pris huit cartons jaunes et un rouge (deux cartons jaunes pour Morgan Guilavogui, exclu, ndlr).

Les regrets, c'est de ne pas réussir à être suffisamment calme. Il faut essayer d'être hermétique, ce n'est pas simple, pour avoir un peu plus de justesse. Il n'y aura pas de balle de match ce soir, et on a deux matchs à jouer contre des adversaires qui sont bien sûr supérieurs à nous, mais on va continuer à essayer de leur poser des problèmes et de remporter des rencontres. Je pense que depuis quatre matches, les joueurs sont à la hauteur de la Ligue des champions."

Peter Bosz, entraîneur du PSV Eindhoven : "Pour moi, Lens est une équipe extraordinaire, je n'étais pas surpris de les voir deuxièmes la saison passée, avec un jeu très particulier. Avec Franck (Haise, ndlr), ils ont développé un jeu très agressif, ils jouent haut.

C'était difficile pour nous de nous adapter. On a gagné un match contre une très bonne équipe. C'était un match très physique, avec beaucoup de pluie, très dur, et Lens joue un jeu avec beaucoup de duels. Je ne sais pas, c'est l'arbitre qui a pris la décision de donner beaucoup de cartons."

Florian Sotoca, attaquant de Lens : "Dans l'ensemble on a bien réagi. On a eu un petit moment de doute en début de deuxième mi-temps. Mais on a vite repris l'ascendant et dans l'ensemble, je pense qu'on a fait un match très cohérent et c'est dommage de ne pas avoir ramené un point d'Eindhoiven [...] Pas du tout abattus pour autant, dans l'ensemble on a fait un gros match on a montré du caractère. On a joué avec personnalité jusqu'à la fin. Si on égalise, il n'y a rien à redire, mais c'est le haut niveau, il faut être efficace dans les deux surfaces... On ne l'a pas été ce soir, mais voilà il y a forcément des regrets, mais on est fiers de nous. 

"On sait qu'il y a un gros match contre Marseille dimanche, on est en déficit de points en championnat et on va tout faire pour en prendre devant nos supporters. On va essayer de jouer notre jeu comme on le fait depuis le début de saison, même si on a eu des matchs compliqués."

Jonathan Gradit, défenseur du RC Lens. "Frustrant de prendre ce but sur un centre comme ça. On l'avait vu en vidéo surtout avec le bon jeu de tête de De Jong (12e minute tête sous la barre de Luuk De Jong). Au-delà de ce but, je pense qu'on fait une bonne partie. On a des occasions dont une franche à la fin. Donc c'est un peu frustrant. [...]

C'est rageant parce qu'on a des opportunités d'égaliser et on ne concrétise pas. C’est pas que la finition, le dernier geste, il y a aussi les deux-trois dernières passes. [...] Peut-être un manque de lucidité de par l'engouement et l'environnement qu'il peut y avoir derrière ce match. Après qui aurait dit qu'on aurait 5 points après quatre matchs. On va tout faire pour créer un exploit à Arsenal". 

Propos recueillis par Arnaud Moreau et Stéphane Bruhier pour France 3 Hauts-de-France. 

Avec AFP