Pas-de-Calais : un bus sillonne les villages les plus isolés pour faciliter la vaccination

L'Agence Régionale de Santé des Hauts-de-France et la région viennent de lancer un dispositif mobile de vaccination dans le Pas-de-Calais pour aller vers les habitants les plus isolés. 20 communes vont accueillir le Vaccino'car dans les prochains jours. Aucune prise de rendez-vous n'est nécessaire.
Le Vaccino'car a débuté son périple dans le Pas-de-Calais ce mardi 8 juillet et s'est arrêté dans devant la mairie de Grévillers.
Le Vaccino'car a débuté son périple dans le Pas-de-Calais ce mardi 8 juillet et s'est arrêté dans devant la mairie de Grévillers. © FTV

Face à la menace grandissante du variant Delta, le gouvernement incite plus que jamais les Français à se faire vacciner. Après une baisse dans les prises de rendez-vous depuis le déconfinement en juin, celles-ci ont augmenté de 30% cette semaine dans les Hauts-de-France.  

Parallèlement aux vaccinodromes installés dans les grandes villes, l’objectif des autorités sanitaires est d’aller à la rencontre des plus isolés pour poursuivre la campagne de vaccination.

Dans le Pas-de-Calais, un Vaccino’Car sillonne les routes pour proposer une vaccination ouverte à tous et sans rendez-vous dans les zones les plus rurales du département. Et ça marche. 

Grévillers, 366 habitants et un centre de vaccination éphémère 

Lorsqu’il a été approché pour participer à l’opération, Jean-Pierre Lorent n’a pas hésité. Le maire de Grévillers, village de 366 habitants situé à la frontière du Pas-de-Calais et de la Somme, y a vu un avantage de taille : permettre à ses administrés de se faire vacciner sans devoir prendre rendez-vous dans un plus grand centre, le plus proche étant situé dans la ville voisine de Bapaume. 

"Depuis ce matin, ça tourne bien, assure-t-il. On a déjà vacciné une dizaine de personnes dont la majorité sont des jeunes ! On a même eu deux enfants de 13 ans".  

En amont de l’installation du bus sur le parking de la mairie, les services municipaux avaient largement communiqué sur l’opération en distribuant des flyers dans les boîtes aux lettres. "On se rend compte qu’on a pas mal de personnes sur la commune qui n’étaient pas vaccinées. Ça permet de toucher une autre population, les gens sont contents que ça se passe dans leur village et qu’il n’y ait pas besoin de prendre rendez-vous".

Objectif : "aller vers"

Après avoir passé la matinée à Grevillers, le Vaccino’Car reprend la route, direction le village voisin de Sailly-au-Bois situé à une vingtaine de kilomètres de là. À son bord, deux infirmiers assurent les injections et une équipe de la Croix Rouge s’occupe de l’accueil et de la partie administrative.

Une vingtaine de villages vont être traversés pendant dix jours. "On a prévu 150 flacons de Pfizer correspondant à 800 personnes pouvant être vaccinées, avance Reynald Lemahieu, directeur départemental de l’Agence Régionale de Santé dans le Pas-de-Calais. C’est une première allocation mais c’est illimité, il y aura autant de doses que de besoin, on a les stocks nécessaires"

L’objectif affiché de cette opération mise en place par l’ARS et la région : aller à la rencontre des personnes les plus isolées géographiquement pour continuer de vacciner autant que possible. "C’est la démonstration du fameux « aller vers »", résume Reynald Lemahieu.

"On a ciblé le côté le plus rural du département".

Reynald Lemahieu, directeur départemental de l’Agence Régionale de Santé dans le Pas-de-Calais

Les vingt communes qui ont accepté la proposition d’accueillir ce Vaccino’car se situent dans l’axe Bapaume Saint-Pol Saint-Omer, loin des grandes villes hébergeant les vaccinodrômes. "On a ciblé le côté le plus rural du département, ça nous semblait important de proposer ce service dans les petits villages", conclut le directeur départemental de l’ARS. 

Après l’injection des premières doses pendant ces dix jours, une deuxième tournée sera organisée du 16 au 27 août dans ces mêmes communes pour réaliser les secondes injections. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19 ruralité