VIDEO. A Outreau, rencontre avec Loïc Hénaut, champion de Hip-Hop

Ce lycéen de 17 ans a remporté le Concours International de Danse dans la catégorie Hip-Hop. 

Loïc Hénaut alias Clark Kent
Loïc Hénaut alias Clark Kent © France 3

Headspin, Tetris, Pointing... Des figures de breakdance que Loïc Hénaut maîtrise à la perfection. En décembre, il a même remporté le premier prix au concours international de danse, dans la catégorie Hip-Hop. La chorégraphie primée est un hommage à son enfance et à Superman. "Quand j'ai commencé à danser, les gens me surnommaient Super BBoy" se souvient Loïc. Pour BBoy il faut comprendre petit garçon. Le "Super", une façon de comparer le danseur à son héros. "A l'époque j'avais la même coupe de cheveux et les mêmes lunettes que Clark Kent. Et en plus, je me promenais avec un tee-shirt siglé du S de Superman." Le surnom lui colle à la peau, c'est donc naturellement qu'il choisit une chorégraphie hommage pour sa grande finale. 

La danse, une histoire de famille 

Pandémie oblige, le concours s'est tenu en visioconférence. Devant une caméra, sur la scène de La Faïencerie, l'espace culturel de Boulogne-sur-Mer, Loïc a enchaîné les figures. De l'autre côté, les juges ont scruté la qualité de sa chorégraphie, son esthétique : de la technique au costume. Le jury a été séduit par l'histoire racontée : Clark Kent qui devient Spiderman. "Avec ma mère, c'était notre idée, nos pas, notre musique alors j'étais encore plus fier" raconte le jeune champion. 

Loïc danse sous les yeux de sa mère
Loïc danse sous les yeux de sa mère © France 3

La danse, une histoire de famille. Tout jeune, Loïc a été initié par sa mère. Logiquement, c'est donc ensemble qu'ils ont composé les pas et les figures représentés sur scène. "On voulait que ce soit parfait. C'était compliqué, il a fallu reprendre toutes les idées autour de Superman : le journal, les lunettes, la super-vision. Il a fallu tout combiner, associer dans une chorégraphie technique. Mais ça a été un moment de partage formidable. Une création ensemble c etait ce qu on voulait au final" explique sa mère, Catherine Hénaut. Dans la famille, la danse se partage. Régulièrement, Loïc intervient pour des démonstrations dans l'école de sa mère, institutrice.

Et derrière le danseur, il y a le lycéen. Le quotidien de Loïc se partage entre la Terminale S et l'étude des mouvements Hip-Hop. Point commun: la rigueur. Aujourd'hui Loïc danse avec l'association KLA District à Calais. Plus jeune, il s'est formé à la technique avec Pierre Retaux, au cours de Laurence Pérard, des chorégraphes bien identifiés dans la région. Une passion et une histoire familiale, que Loïc poursuit depuis ses 7 ans. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
danse culture