• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Le renouveau de la Chartreuse de Neuville, deux ans après le début des travaux

La Chartreuse de Neuville est ouverte à la visite d'avril à novembre. / © France 3 / N. Haberer
La Chartreuse de Neuville est ouverte à la visite d'avril à novembre. / © France 3 / N. Haberer

La Chartreuse de Neuville est un joyau du patrimoine niché au coeur du Montreuillois. Ce lieu spirituelle, qui a connu sept siècles d'une histoire tumultueuse, connaît une renaissance enclenchée depuis quelques années.

Par LB et ML

La Chartreuse de Neuville a eu de nombreuses vies. La première a débuté en 1324, quand les premiers moines de l’ordre des chartreux, fondé par Bruno de Cologne, se sont établis à Neuville-sous-Montreuil, dans le Pas-de-Calais. La dernière en date a été entamée il y a à présent deux ans, avec le lancement de travaux qui permettent aujourd’hui au lieu de se laisser redécouvrir sous un nouveau jour.
 

Ce sont ces mues successives que les guides relatent lors des visites, organisées jusqu’au 3 novembre. Successivement dévastée et reconstruite, la première Chartreuse est finalement vendue comme bien national par les révolutionnaires en 1789. Elle est alors reconvertie en carrière et disparaît peu à peu. « En 1870, les Chartreux sont revenus et ont racheté le terrain, poursuit une guide devant le groupe venu explorer les lieux cet été. Il ne restait quasiment plus rien, uniquement les fondations. Et cette chartreuse a été reconstruite en seulement 3 ans ! »
 
Youtube. La nouvelle vie de la Chartreuse de Neuville, deux ans après le début des travaux

Ce bâti, implanté sur un terrain de 12 hectares, est éprouvé au fil du XXème siècle et des guerres. Enchaînant les propriétaires et les abandons, le monastère se dégrade. Jusqu’en 2008, date de son dernier rachat par un architecte et un groupe d’investisseurs. « Ils se disent que l'avenir de la Chartreuse, c'est d'en faire un lieu un peu double dès le départ, explique Patrick Allindré, responsable de l'ouverture au public. D’un côté, une résidence hôtelière et d’un autre côté, une association qui développe un projet culturel. »
 

Les jardins ont précédé les travaux sur la bâtisse. Ils ont été recréés il y a 6 ans en écho à la quête d'autonomie alimentaire et à la recherche thérapeutique menée par les moines. «  On essaie de s'inspirer du passé et aussi de penser à l'avenir, souligne Baptiste Dufour, leur responsable. On va être sur un jardin pour présenter la force des plantes à nous soigner, à nous nourrir. On parle de l'intérêt de préserver des variétés. On est sur un jardin conservatoire. »
 

En 2017, de vastes travaux sont lancés grâce à ce partenariat. « Cette phase de chantier consiste à réparer le clos et le couvert, détaille Patrick Allindré, à mettre la chartreuse hors d'eau et hors d'air dans un premier temps. » La sauvegarde de ce monument historique pourrait se finaliser d'ici 2023.
 

Sur le même sujet

VAFC : Olivier Guégan, invité exceptionnel de Tribune Nord

Les + Lus