Sissonne : explosion d'une demi tonne de munitions

Le service de déminage de l'Aisne élimine des munitions de la Première Guerre mondiale, aujourd'hui au camp de Sissonne, les démineurs ont procédé à la destruction d'un stock retrouvé chez un particulier en avril dernier à Autreville près de 3 tonnes au total. 

déminage au camp militaire de Sissonne
déminage au camp militaire de Sissonne © France 3 Picardie
Grenade, roquettes, obus ou encore cartouches d'explosifs, les douaniers ont trouvé des objets datant des deux guerres mondiales. Leur possession est illicite, même 100 ans plus tard, les munitions sont à manipuler avec précaution. Les collectionneurs risquent l'explosion ou l'intoxication.
durée de la vidéo: 01 min 51
Opération de déminage à Sissonne
À l’inverse de la plupart des départements français, l’Aisne dispose d’un service de déminage qui couvre exclusivement son territoire. Cette particularité s’explique par l’histoire du département, champ de bataille majeur des deux conflits mondiaux.
En Picardie près de 100 tonnes de munitions sont détruites chaque année. Les historiens estiment que les démineurs ont encore du travail pour 700 ans !


Que faire en cas de découverte d’obus ?
Si vous découvrez un engin de guerre ou un engin suspect, N’Y TOUCHEZ PAS !
L’identification et la procédure d’élimination qui en découlent sont du seul ressort d’un artificier du déminage.

Dès la découverte de la munition non explosée :
• Interdisez à quiconque d’y toucher : en cas d’accident, votre responsabilité pourrait être engagée.
• Marquez l’emplacement de l’engin par un repère quelconque afin de faciliter l’intervention des démineurs.
• Restez discret pour éviter d’attirer les curieux
• Prévenez la mairie, la gendarmerie ou la police : ce sont eux qui avertiront les autorités compétentes selon une procédure particulière, et qui prendront les mesures qui s’imposent.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter