À Amiens, une appli de réalité augmentée pour parcourir le passé et le futur

Le projet s'est monté en trois mois seulement, à partir d'une rencontre fortuite / © Octus
Le projet s'est monté en trois mois seulement, à partir d'une rencontre fortuite / © Octus

Une toute jeune start-up amienoise créée par un archéologue, un space designer et deux développeurs a pour ambition de révéler le patrimoine disparu et futur grace aux nouvelles technologies.

Par Célia Mascré

Saviez-vous qu'un amphithéâtre vieux de plusieurs milliers d'années se situait sous l'Hôtel de ville à Amiens ? Qu'un forum de plus de quatre hectares court de la place Gambetta jusqu'au Palais de justice ? C'est justement ce type de connaissances qu'Octus, une start-up amiénoise, souhaite démocratiser à travers son application de réalité augmentée.

Octus, c'est la contraction des mots latins occulus (voir) et auctus (augmenté). "Révéler ce qu'on ne voit pas, c'est le propre du métier d'archéologue", explique Cyrille Chaidron, dirigeant de l'entreprise Arkéocéra. Car l'application est née de la rencontre de quatre entrepreneurs amiénois : Cyrille Chaidron, archéologue, Benoît Goyheneche et Benjamin Lampérier, développeurs, et Frédéric Ponçon, designer d'espaces. 

Encore en phase de perfectionnement et non accessible au grand public, l'application a pour vocation de révéler le patrimoine disparu ou futur grâce à la réalité augmentée. Pour l'instant, seule la modélisation de l'amphithéâtre d'Amiens est visible via le site http://amphitheatre-amiens.fr/. "C'est un peu un flyers 2.0 pour nous. On a vocation à démarcher les mairies, les écoles, les offices de tourisme pour passer à la phase de commercialisation", ajoute M. Chaidron. 


Objectif pour les quatre entrepreneurs, démocratiser la réalité augmentée dans toutes les villes et tous les villages. Leur atout, se démarquer grâce à un contenu scientifique ainsi qu'une information rapide et accessible. "Cette technologie est sufisamment puissance pour toucher beaucoup de secteurs, comme le patrimoine, le tourisme, la construction, l'aménagement, l'urbanisme, le marketing, etc.", confie M. Chaidron.

"On pourrait très bien intervenir sur le BHNS à Amiens, et faire apparaître ce que seront les futurs abribus par exemple", poursuit l'entrepreneur. Mais pour l'instant, la start-up se focalise sur le patrimoine, et ce n'est pas pour rien : Cyrille est un passionné par l'archéologie locale. "Cela va faire 25 ans que je travaille dans le domaine en Hauts-de-France. Quand j'étais à l'INRAP, j'étudiais toutes les fouilles amiénoises"
 

L'application Octus sur tablette / © Cyrille Chaidron
L'application Octus sur tablette / © Cyrille Chaidron


Pour la modélisation, les start-upeurs se sont justement appuyés sur des données archélogiques, notamment sur celles du théâtre qui a été découvert dans les années 2003-2004 derrière la gare et qui a été fouillé récemment.

Après plusieurs étapes et prototypes, la start-up planche déjà sur une nouvelle mouture de l'amphithéâtre. "On y ajoutera un escalier monumental avec une courtine où les gens pouvaient se ballader autour de l'amphithéâtre ainsi qu'un velum, un système de toiture en toile qui permettait aux gens de regarder le spectacle sans être éblouis par le soleil", raconte l'archéologue.

Des projets plein la tête pour ces amis qui ne s'arrêteront pas là : il est déjà question d'impression 3D dans une école...

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus