Cet article date de plus de 5 ans

Le procès en appel des ex-Goodyear condamnés pour séquestration aura lieu le 19 octobre

Le procès en appel des 8 ex-salariés de Goodyear Amiens condamnés à de la prison ferme pour séquestration de 2 cadres a été fixé au 19 octobre prochain. 
Entre friche industrielle, revitalisation et reprise par les salariés : l'avenir de Goodyear Amiens est toujours aussi incertain.
Entre friche industrielle, revitalisation et reprise par les salariés : l'avenir de Goodyear Amiens est toujours aussi incertain. © France 3
"Le procès débutera le 19 à 9 heures du matin et devrait durer toute la journée. Si besoin, nous pouvons prévoir de déborder sur le 20 octobre", a confié à l’AFP le parquet général d’Amiens.

L’avocat des syndicalistes de Goodyear Amiens nord, Fiodor Rilov, a l'intention d'obtenir la relaxe pour "ces hommes injustement condamnés".

Il s'est également déclaré satisfait que le procès puisse se tenir sur 2 jours : "C’est une proposition qui nous semble être en parfaite adéquation avec les enjeux, cela va permettre de traiter du fond de l’affaire".

Plusieurs rassemblements de soutien ont été organisés en France.

Réunis samedi à la bourse du travail à Paris, les comités de soutien aux 8 ex-salariés de Goodyear ont appelé à un "rassemblement national" le 31 mars à Paris, pour que les poursuites soient abandonnées...

Le procès s'était tenu devant le tribunal correctionnel d'Amiens le 24 novembre 2015 mais le jugement avait été mis en délibéré au 12 janvier 2016.

Et le 12 janvier dernier, 8 anciens salariés de l'usine Goodyear d'Amiens Nord ont été condamnés à 24 mois de prison, dont 9 mois ferme pour "séquestration et violences en réunion". Le tribunal assortit ces 9 mois de prison ferme d'une possibilité d'aménagement.

Parmi les accusés, Mickaël Wamen, ancien leader de la CGT à Goodyear.

Mercredi, des milliers de personnes sont attendues à Amiens pour soutenir les accusés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
goodyear économie entreprises justice société