Cet article date de plus de 4 ans

Soupçons de favoritisme pour la construction d'une caserne à Pont-de-Metz (80)

Une enquête est ouverte pour soupçons de favoritisme et de fraude dans l'appel d'offre pour la construction de la future caserne de pompiers de Pont-de-Metz, au sud d'Amiens. Stéphane Haussoulier, élu de la Somme et président du SDIS, a été placé en garde à vue en avril dernier. 
Palais de justice d'Amiens.
Palais de justice d'Amiens. © Google

L'information a été révélée par nos confrères de France Bleu ce matin... La justice se penche sur le dossier de la construction d'une future caserne de pompiers d'Amiens sud. Une enquête est ouverte sur la désignation de l'entreprise choisie pour la construire. Il est question de soupçon de favoritisme, de fraude et d'infraction au code des marchés publics.

Il est reproché à l'élu Stéphane Haussoulier, qui est aussi maire de Saint-Valéry et Président du service d'incendie et de secours départemental de la Somme (SDIS), d'avoir voulu favoriser l'attribution du marché public à une entreprise qui n'était pas préconisée par la Commission d'appel d'offre, en 2015.

Le maire de Saint-Valery-sur-Somme se défend de tout favoritisme et de toute corruption : "Nous avons mis en place un concours pour le choix de l'architecte. Un concours avec un jury, explique Stéphane Haussoulier. Et j'ai simplement dit que j'espérais qu'on allait choisir des architectes locaux. Quand j'ai su que la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGGCRF) s'était émue de mes propos, j'ai annulé le concours qui avait déjà choisi 4 cabinets. Mais je n'ai jamais favorisé qui que ce soit."

Stéphane Haussoulier placé en garde-à-vue


Le maire de Saint-Valéry est en effet accusé d'avoir essayé de privilégier des candidatures comportant des architectes locaux. Cette infraction en matière d’attribution d’un marché public a été dénoncée par la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGGCRF) en fin d'année 2015.

Il pourrait également être question de conflit d'intérêt, puisque le président des pompiers de la Somme est aussi le secrétaire général de la fédération des travaux publics de Picardie...

Selon une information confirmée par le Procureur, Stéphane Haussoulier a été placé en garde-à-vue en avril 2016 dans le cadre de l'enquête préliminaire conduite sur le parquet dans cette affaire. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers justice société