Régionales : pour Kanner (PS), une victoire de Le Pen serait "une meurtrissure et un cauchemar"

Le ministre de la Ville et de la Jeunesse Patrick Kanner, élu nordiste, a indiqué mercredi qu'une victoire de Marine Le Pen (FN) aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais / Picardie serait pour lui "une meurtrissure et un cauchemar".

Interrogé sur l'hypothèse de voir Marine Le Pen - bien placée dans les sondages pour le premier tour des élections le 6 décembre -, devenir présidente de région, le Lillois Patrick Kanner a répondu: "pour moi, c'est d'abord une meurtrissure et un cauchemar", devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP). "Je suis entré en politique il y a plus de 40 ans maintenant. A l'époque, le Front national était un micro-parti, un groupuscule animé par un Monsieur qui avait un bandeau sur un oeil", Jean-Marie Le Pen, et aujourd'hui, "je vois le poison s'étendre dans l'esprit des Français", a-t-il ajouté.

"La question, c'est surtout quel antidote ?"

"Donc, la question, c'est surtout quel antidote", comment "on refait des digues" qui ont cédé?, a-t-il poursuivi, avant d'ajouter: "pour moi, la première digue, c'est d'empêcher que Marine Le Pen soit présidente de région". Il a insisté sur le fait qu'à ses yeux, le candidat du Parti socialiste Pierre de Saintignon était "le seul capable de battre Marine Le Pen", déplorant au passage qu'il n'y ait pas eu une union des listes de gauche au 1er tour pour ce scrutin où Xavier Bertrand est aussi candidat pour Les Républicains, l'UDI et le MoDem. Au plan national, M. Kanner a estimé que "la peur des Français pourrait "naturellement", puisque c'est là-dessus que se fonde le Front national en termes de terreau, les amener à aller vers le Front national". Mais, a-t-il dit, "en même temps, peut être que cette force du président de la République, cette détermination (après les attentats du 13 novembre, ndlr), permettra à toute une partie du peuple de gauche (...) de se mobiliser".

"On annonçait des taux de participation d'à peine 50%. Peut-être que ce drame terrible que nous avons subi amènera les Français à défendre non seulement leur vie, leur art de vivre, mais ce qui est notre bien le plus commun: la démocratie", a-t-il espéré.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité