À 18 ans, la Valéricaine Claire Dewaste, sacrée vice championne du monde et championne d'Europe junior de kayak sur mer

Originaire de Saint-Valéry-sur-Somme, Claire Dewaste multiplie les récompenses. Après s'être distinguée chez les cadettes, elle brille chez les juniors avec un titre de vice-championne du monde d''Océan racing et de championne d'Europe de Kayak de mer.

On ne l'arrête plus. Claire Dewaste a le kayak dans la peau et la mer est son élément.

Originaire de Saint-Valery-sur-Somme et adhérente du club Glisse sensations Mers (GSM), elle vient de remporter le titre de championne d'Europe junior à Cherbourg, (Normandie) le 20 août dernier. "J'étais très contente mais les conditions étaient exceptionnelles, confie-t-elle modestement. Il y avait beaucoup de glisse, donc beaucoup de plaisir. Les résultats sont à la hauteur des sensations."

Le 5 juillet, la jeune kayakiste avait déjà brillé à Lanzarote (Espagne) en montant sur la deuxième marche du podium aux championnats du monde d'Ocean racing, en junior (U18). "J'étais venue dans l'optique de prendre la première place mais la Sud-africaine a dominé la course."

Dans cette discipline (surf ski), encore peu répandue en France, l'objectif est de prendre le plus de vagues possible sur une distance entre 15 et 30 kilomètres, vent dans le dos. Une activité dans laquelle Claire excelle. "La vitesse, c'est pas mon truc, nous confiait-elle il y a deux ans. Je préfère les courses hyper endurantes". 

Après un été bien rempli, Claire s'apprête à reprendre le chemin de l'école, au Centre de Normandie (CSN), à Caen, où elle vient d'obtenir son bac. "Je reprends l’école dans deux jours à Caen où je poursuis en licence Sciences pour la santé, option santé".

Priorité aux études

Malgré son palmarès, la jeune fille garde la tête sur les épaules et donne maintenant la priorité aux études. "On ne peut pas vivre du kayak. Je le mets entre parenthèses et en ferai pour mon plaisir. Mais je ferai toujours les compétitions qui se déroulent toujours l'été, parce que je suis en vacances. En plus les cours se finissent tôt. J'aurai le temps de reprendre la forme. Ce n'est pas un an d'arrêt qui m'empêchera de revenir sur le podium si je suis déterminée". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
canoë-kayak sport