Albert : les salariés de la Simra ont trouvé un accord avec la direction et reprendront le travail lundi

Après plusieurs mois d'un bras de fer tendu avec la direction, les travailleurs de l'aéronautique de la Simra reprendront le travail lundi 5 octobre. Ils ont réussi à trouver un accord avec leur direction ce vendredi 2 octobre et se préparent aux négociations à venir.

Les salariés de Simra sont en lutte depuis le milieu du mois de juillet.
Les salariés de Simra sont en lutte depuis le milieu du mois de juillet. © Léna Malval / FTV
Une demie victoire : c'est ce qu'ont obtenu les salariés de l'usine Simra, à Méaulte. Après des échanges tendus avec leur direction et une réunion tenue au matin de ce vendredi 2 octobre au sujet de l'activité partielle, ils ont finalement acceptés de lever leur blocage et reprendront le travail lundi 5 octobre.
 

Le dialogue est ouvert

Deux points en particulier ont convaincu les travailleurs de l'aéronautique de reprendre leur activité : la garantie de conserver 90 % de leur salaire et la suppression de la clause de mobilité, jusqu'alors contractuelle. Une clause qui permettait à la direction, en cas de fermeture de l'usine samarienne suite à une baisse de la charge de travail, de licencier ses salariés s'ils refusaient de se déplacer sur un autre site, Saint-Nazaire ou Vitrol (Bouches-du-Rhône) par exemple.

"C'est déjà une grande victoire pour nous, se réjouit Hervé Guillerme, délégué syndical CGT. Le dialogue avec la direction est enfin ouvert, on attendait ça depuis longtemps." L'accord devrait être signé ce mardi 6 octobre et les négociations pour un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) s'ouvriront le même jour.
 
L'usine qui comptait 170 salariés avant la crise du coronavirus, en mars dernier, n'emploie plus qu'une centaine de travailleurs aujourd'hui. Avec ce nouvel accord, ils ont la garantie d'avoir du travail jusqu'à la fin du mois de décembre. "On sait que la suite va être compliqué, admet le syndicaliste, mais c'est un début encourageant et les gens vont pouvoir souffler un peu."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie grève social coronavirus/covid-19 aéronautique