À Amiens, une étudiante en graphisme adapte pour les enfants autistes le conte Les Trois petits cochons

Les éditions Tom Pousse viennent de sortir un livre-jeu Les Trois petits cochons adapté aux enfants autistes. Le conte a été réécrit et illustré par Florine Caro, étudiante à l'École supérieure d'art et de design (ESAD) d'Amiens, en partenariat avec le Centre ressources autisme de Picardie.
© Capture d'écran Editions Tom Pousse

Florine Caro n'a aucun lien avec l'autisme. Personne dans son entourage n'est atteint de troubles du spectre autistique, du comportement ou du développement. Fin 2016, cette jeune étudiante de 24 ans a fait plus ample connaissance avec l'autisme grâce à internet. Elle est alors en 4e année à l'École supérieure d'art et de design (ESAD) d'Amiens : "je suis tombée sur une conférence en ligne de Josef Schovanec qui parlait de ce trouble. Il expliquait qu'en tant qu'autiste, il ne comprenait pas l'histoire d'Elmer l'éléphant et d'autres contes. Ca m'a intéressée, explique-t-elle au téléphone d'une voix douce et claire. Pour mes études, je devais rendre un projet libre qui devait sortir des murs de l'école, et j'ai eu envie de travailler sur les contes pour enfants autistes".
 

Les autistes ne comprennent pas la notion d'histoire : ils n'appréhendent pas les conséquences d'une action dans le temps et l'espace par exemple. Et il fallait réussir à restituer ça au mieux.

 

Un graphisme très précis


Florine contacte alors le Centre ressources autisme (CRA) de Picardie pour parler de son projet. Elle a choisi d'adapter Les Trois petits cochons pour les enfants autistes. Déjà bien documentée, elle a collaboré avec l'éducateur de la structure qui lui a expliqué comment les enfants autistes appréhendent ou non la notion de narration et d'histoire. La jeune femme s'est alors mise au travail : "il a fallu que je simplifie le texte tout en gardant la trame narrative pour que ça reste une histoire. J'ai du réfléchir au graphisme, comment le simplifier sans tomber dans le pictogramme. J'ai fait un gros travail de recherche sur l'illustration : les formes, la taille, les couleurs et surtout la façon de manier les différents éléments narratifs.". Mais Florine souhaite que ce livre soit également un jeu accessible aussi aux professionnels qu'aux parents.
 

Des retours plus que positifs


Fin décembre 2016, Florine rend son projet d'étude à ses professeurs. Mais elle ne veut pas en rester là et aller au bout de sa collaboration avec le CRA pour améliorer son conte. Et en février 2017, Florine met la dernière touche au projet : "les éducateurs testaient le conte auprès d'enfants qu'ils suivaient et les retours étaient ultra positifs !".

Pendant plusieurs mois, la jeune femme, aujourd'hui à l'École des Arts décoratifs  de Paris, met Les Trois petits cochons entre parenthèses. En septembre 2017, le CRA la contacte pour lui suggérer d'éditer le livre-jeu : "le personnel l'utilisait régulièrement et ça fonctionnait vraiment bien auprès des enfants. Le CRA pensait que ce serait bien que le coffret soit disponible pour d'autres structures. Ils m'ont aidée à entrer en contact avec les éditions Tom Pousse, qui sont spécialisées dans les troubles de l'apprentissage."

Plusieurs mois pour ajuster la fabrication


Florine pose ses conditions à l'éditeur : le coffret doit être fabriqué en France. Après plusieurs mois à ajuster la production, le livre-jeu Les Trois petits cochons adapté aux enfants autistes sort enfin.


Donner du sens à son métier


Le projet est abouti mais Florine a trouvé sa voie. La jeune femme a décidé de travailler à un nouveau conte, toujours avec la même maison d'édition : "le but, c'est de créer une collection de trois ou quatre ouvrages. Le prochain, ce sera Boucle d'or pour travailler sur l'expression des émotions. Il ne sera pas fait en collaboration avec le CRA de Picardie mais avec un groupe d'instituts médico-éducatifs (IME)." Le coffret pédagogique devrait être disponible fin juin 2019.

Et de conclure : "le graphisme social, ça m'intéresse vraiment. J'ai découvert cet univers avec le projet des Trois petits cochons... Dans les écoles de graphisme, on nous apprend à faire du graphisme pour les gens qui communiquent comme nous. Avec ce projet, je me suis creusée la tête pour le moindre détail. Quand le CRA de Picardie faisait des tests avec les enfants, il enregistrait les séances pour moi parce que je n'avais pas le droit d'y assister. Et quand j'entendais ces enfants rire ou parler pour ceux qui parlaient rarement, c'était incroyable pour moi ! Humainement, ce projet m'a apporté tellement de choses ! Mon travail avait encore plus de sens."


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société