• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Amiens : le festival Arts, ville et paysage invite la création contemporaine au coeur des hortillonnages

Par cet entrelacs de branchages, l'artiste taïwanaise évoque les connexions et échanges invisibles entre les végétaux. / © France 3 Picardie
Par cet entrelacs de branchages, l'artiste taïwanaise évoque les connexions et échanges invisibles entre les végétaux. / © France 3 Picardie

Pour sa neuvième édition, le Festival Arts villes et paysage continue à promouvoir la jeune création au coeur des hortillonnages d'Amiens. Jusqu'au 21 octobre, une cinquantaine d'installations sont à découvrir le long des chemins de halage ou en navigant sur les canaux.

Par ML et LB

Voilà neuf ans que le festival Art, villes et paysage propose un voyage paysager au cœur des hortillonnages d’Amiens. Marié à la découverte de la jeune création, le parcours propose un autre regard sur ce cadre exceptionnel mais longtemps resté secret, à quelques minutes seulement du centre-ville d’Amiens.
 

A pied ou en barque depuis le port de Camon, plusieurs circuits sont ouverts à la flanerie et à la contemplation. La cinquantaine d’installations ont pris place depuis le 9 juin sur les îles aux Fagots et Robinson, le long du Chemin du Malaquis et autour de l’Etang de Clermont. Des œuvres qui invitent à la réflexion autour de nos rapports avec la nature.
 


« D’un côté, on amène des artistes dans un milieu poétique et ils peuvent ramener quelque chose d’autre, souligne Gilbert Fillinger, directeur d'Arts et Jardins Hauts-de-France. En même temps, on leur demande d’entretenir. On leur demande de prendre les berges, de prendre en compte l’île-même qui est une friche et de la défricher. Il y a ce double aspect : un aspect sauvergarde écologique et un aspect purement artistique et poétique. »
 

Ce jeudi, il fallait toutefois braver la pluie pour découvrir les hortillonnages métamorphosés. C’est ce qu’a fait un couple d’Anglais, rencontré au détour d’une houblonnière. « J’aime la fusion de la nature et de l’art contemporain. Ce sont des univers très différents, mais tous les matériaux sont issus du jardin, et ça fonctionne bien ensemble. » Si, par une météo plus clémente, vous êtes tenté par la ballade, le festival se poursuit jusqu’au 21 octobre.
 

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus