L'Amiens SC veut devenir le premier club de foot français “zéro déchet”

Le stade de la Licorne le 06 octobre 2018 lors du match Amiens SC - Dijon / © MAXPPP
Le stade de la Licorne le 06 octobre 2018 lors du match Amiens SC - Dijon / © MAXPPP

Alors qu'à partir de janvier 2020 la distribution de vaisselle jetable sera interdite, l'Amiens SC souhaite aller plus loin en devenant le premier club de foot français à ne produire aucun déchet. 

Par Paul-Antoine Leclercq

Une tonne de déchets. C'est ce qui se retrouve dans les poubelles du Stade de la Licorne chaque soir de match de l'Amiens SC. Face à cette montagne de plastiques, restes de nouritures et autres emballages, le club amiénois a décidé de s'engager, avec l'ambition de devenir le premier club "zéro déchets" en France. 

100 gr de déchets par supporter

L'idée a été lancée par Eric Schietequatte, préparateur mental du club depuis cinq saisons et désormais responsable de la politique sociétale et environnementale du club. "On a eu notre première réunion le 25 septembre, explique-t-il. On a présenté le projet au président Bernard Joannin qui a été partant tout de suite". Le club s'est alors lancé dans une phase d'étude pour évaluer sa production de déchet. "On se retrouve avec 1000 kg de déchets par matches, déplore Eric Schietequatte. En gros, un supporter présent au stade produit 100 grammes de déchets ! On veut réduire ce chiffre". 

Le défi a plu à la Ligue de Football Professionnelle (LFP) qui n'a pas hésité à soutenir le projet. "Nous sommes club pilote à l'échelle nationale", explique Eric Schietequatte qui espère inspirer les autres clubs de Ligue 1. 

Si aucune décision n'a été arrêtée pour le moment, la phase d'étude lancée en septembre débouche sur de nombreuses idées. "On va commencer par stopper la distribution de prospectus à l'entrée du stade. On pense à le dématerialiser. Aujourd'hui, tout le monde a un smartphone !", explique-t-il. Cette opération permettrait d'économiser 50 kg de papier.   

40000 gobelets en plastique jetés en 2018

Le club souhaite également éradiquer de ses buvettes les matières en plastique, majoritairement présentes dans ses poubelles et non recyclables. A commencer par les gobelets "L'année dernière, on a jeté 40 000 gobelets en plastiques à la poubelle". Comme la totalité des clubs de Ligue 1, l'Amiens SC s'est désormais tourné vers des gobelets réutilisables et consignés. Depuis le début de la saison, plus de 15 000 gobelets réutilisables ont été distribués. 

"1200 repas sont servis chaque jours de match", rajoute-t-il. Face à ces déchets inévitables, l'Amiens SC cherche une matière recyclable "On envisage d'emballer les sandwichs dans de l'essuie-tout recyclable, plutôt que dans du papier d'aluminium. On pense aussi à opter pour une matière à base d'amidon de maïs, biodégradable, pour nos barquettes de frites par exemple". 

Les joueurs concernés 

Il n'y a pas que les soirs de matches que l'Amiens SC souhaite réduire ses déchets. "On envisage de limiter le gaspillage alimentaire la semaine, raconte Eric Schietequatte. On pourrait proposer aux joueurs et au personnel des lunch-box dans lesquelles ils pourraient ramener chez eux ce qui n'a pas été mangé à midi." Le club espère également se rapprocher de la plateforme To Good To Go, spécialisée dans la vente des invendus des commerces.

Les joueurs de l'ASC comptent s'impliquer dans ce projet. Thomas Monconduit, Jordan Lefort ou encore Christophe Jallet sont investis dans cette initiative. Eric Schietequatte imagine même monter une campagne publicitaire : "On verrait les joueurs qui jouent avec le ballon et le slogan serait 'On joue au ballon, pas avec la planète !'" confie-t-il. 

Les supporters conquis

Une résolution qui semble être également bien accueillie par les supporters : "Amiens est le premier club à se lancer dans cette initiative et ça rend les supporters fiers de leur équipe" estime Boris Placzek, administrateur de la page Facebook de supporters Braquage à l'amiénoise. Il rajoute : "Je pense que c'est le rôle des clubs de foot d'éduquer les masses, d'être porte-étendard de ce genre de causes". 

Fin janvier, une réunion doit être organisée pour présenter les décisions prises à ce sujet. "Au mois de mai, on devrait être bien avancés", espère Eric Schietequatte. Il vise la fin d'année 2020 pour atteindre l'objectif "zéro déchet". 

Sur le même sujet

Les + Lus