L'ARS tente de désamorcer le conflit avec les salariés de l'hôpital Philippe Pinel d'Amiens

© France 3 Picardie
© France 3 Picardie

L'ARS Hauts de France  répond aux personnels de santé de l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel d'Amiens qui ont envahi leurs locaux hier et une réunion le 18 juillet afin de préciser le nouveau projet médical de l'établissement. Les personnels de l'hôpital sont en grève depuis le 15 juin. 

Par Zohra Hamdane

L'ambiance est plus que tendue entre les personnels de l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel d'Amiens et l'ARS Hauts de France. A l'appel de FO et la CGT, les salariés de l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel sont en grève depuis le 15 juin. Mais le mécontentement dure depuis des mois. Au centre des revendications, toujours la même chose : le manque de personnels et de moyens pour fonctionner correctement.
 

Hier , jeudi 12 juillet,  des salariés ont une nouvelle fois envahis les locaux de l'ARS à Amiens pour réclamer de nouvelles négociations avec un impératif autour de la table, la direction de l'ARS, la direction de l'hôpital, les médecins,  l'UNAFAM ( Associations de famille), et le collectif 80 pour une psychiatrie citoyenne, les syndicats et les élus dont les parlementaires de la Somme Barbara Pompili LREM et François Ruffin qui ont eux mêmes demandés cette table ronde en janvier", déclare Chrystelle Leclercq déléguée syndical CGT Pinel, infirmière depuis 22 ans. Ce vendredi matin, une trentaine de salariés occupent toujours les locaux de l'ARS y compris cette nuit. Ils sont installés dans le hall, das les bureaux . 
 

7 millions d'euros supplémentaires depuis 2011


L'agence régionale de santé rappelle que l'établissement Philipe Pinel bénéficie d'un soutien financier constant , 7 millions d'euros ont été attribués depuis 2011. L'ARS précise également que l'hôpital psychiatrique est accompagné depuis le mois d'avril par la fédération régionale de recherche en santé mentale pour la mise en place de son nouveau projet médical. De nouveaux moyens financiers devraient  être alloués pour faciliter la mise en oeuvre de projets en cours.
 

Selon Christelle Leclerc de la CGT Pinel, ces financements sont insuffisants. Ils ne suffiront pas à résorber les dotations de l'hôpital psychiatrique Pinel qui baissent d'année en année. 

Diversification de l'offre


Les syndicats réclament la création de 60 postes équivalents temps plein pour 2018. Ces postes leur permettraient d'améliorer leur condition de travail. Ils correspondraient à  4 agents soignants le matin, 4 l'après-midi et 2 la nuit. Actuellement, ils ne sont que 2 à assurer les soins le matin , 2 l'après midi et 1 la nuit. Trop insuffisant et cela expliquerait ce climat de tension.

L'une de leur revendication principale et l'effacement de la dette de l'hôpital  12 millions cumulés. 

Dans le secteur social et médico-social notamment afin d'améliorer et d'accompagner le parcours des patients. L'association Espoir 80 dévrait bénéficier de financements pour accompagner de patients de longues évolution. 


Une réunion le 18 juillet

L'ARS fixe la date du 18 juillet afin de faire le point sur les financements attribués à l'hôpital Philippe Pinel et sur les grandes lignes de son projet médical.  En réponse, les syndicats précisent qu'ils ne quitteront pas les locaux avant d'avoir la certitude d'une table ronde avec tous les partenaires. 

Un conflit qui s'enlise. Ce midi les personnels qui occupent les locaux vont être évacués par les forces de l'ordre selon une responsable syndicale. 

 



 

Sur le même sujet

​​​​​​​Wattignies : les salariés de Babou en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus