Covid-19 - Dans l'académie d'Amiens, les tests salivaires se feront en priorité de la maternelle au CM2

La campagne massive de dépistage lancée par le ministère de l’Éducation doit débuter au retour des vacances de février dans la Zone B. Les tests salivaires, organisés en priorité dans les écoles, seront encadrés par des médiateurs recrutés par l'académie d'Amiens.

Les tests salivaires doivent permettre de maintenir les écoles ouvertes.
Les tests salivaires doivent permettre de maintenir les écoles ouvertes. © FTV

C’est une annonce un peu particulière qui est désormais disponible sur le site de l’académie d’Amiens. Alors que les vacances d’hiver se clôturent le dimanche 7 mars, la zone B devra se mettre au diapason des zones A et C où sont d’ores et déjà organisés des tests salivaires. Pour répondre à la demande du ministère de la Santé, destinée à garder les écoles ouvertes, l’académie espère recruter ce qu’elle qualifie de "médiateurs de lutte anti-COVID".

Contrat à Durée Déterminée jusqu’au 31 mai 2021 maximum, temps partiel possible, poste adapté selon les profils - Début de la mission le plus tôt possible.

Extrait de l'offre proposée par l'Académie d’Amiens

Ces derniers devront entre autres, préparer la campagne de dépistage en coopération avec le chef d’établissement et les laboratoires d’analyse, mais aussi assurer l’accueil des élèves, expliquer le déroulement du test avant de réaliser le prélèvement et son analyse. Une nouvelle qui devrait soulager les syndicats enseignants : ils craignaient d'être mobilisés pour faire passer ces tests.

"Casser les chaînes de transmission dans les écoles"

Ne vous étonnez pas si vous n’entendez pas parlé de la mise en place de ce dispositif dès la rentrée du lundi 8 mars dans l’établissement de votre enfant. Le processus, qui sera développé en concertation avec l’Agence régionale de santé, n’en est qu’à ses prémices.

La semaine de la rentrée se concentrera avant toutes choses sur les aspects administratifs. Des mineurs étant concernés, il faut récupérer les autorisations des représentants légaux, les numéros de sécurité sociale, mais également recueillir le consentement des personnels qui voudront s’y soumettre sur la base du volontariat, cela va prendre un peu de temps.

Rectorat de l’académie d’Amiens

L’administratif écarté, il faudra également que l’établissement remplisse plusieurs critères. "Les 50 médiateurs, dont nous venons tout juste de lancer le recrutement, seront d’abord déployés dans les écoles maternelles et primaires en priorité. Puis, ils le seront dans des zones où le virus circule fortement", confie le rectorat de l’académie d’Amiens.

Un déploiement prioritaire dans ces établissements "pour casser les chaînes de transmission dans les écoles" en adressant une solution bien plus ludique -quel enfant ne jubilerait pas devant un adulte lui autorisant un gluant crachat dans un tube- pour tester "un public difficile" face aux tests naso-pharyngés. Ceux qui diront le contraire n’ont probablement jamais vu leur enfant réagir par un coup de boule alors qu’un professionnel de santé tentait tant bien que mal d’enfoncer un long coton tige dans son nez.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société