"Je m’en souviens comme si c’était hier" : 7 ans après son but à la 96e minute et la montée de l'ASC en Ligue 1, la nouvelle vie d'Emmanuel Bourgaud

Le 19 mai 2017, lors de l'avant-dernière journée du championnat de Ligue 2, l'Amiens SC, alors sixième au classement, s'achemine vers un match nul contre Reims et voit sa montée en Ligue 1 compromise. Mais à la 96e minute de jeu, Emmanuel Bourgaud change d'un coup de pied le destin de son club. 7 ans après, c'est dans le Maine-et-Loire qu'il vit aujourd'hui.

"Je me suis rapproché du coup franc pour aller le tirer parce que j’étais le tireur attitré de l’équipe. J’en avais loupé deux/trois juste avant. Donc je vois Thomas (Monconduit) qui me dit "je vais le tirer. Va devant le but". Tout le monde se positionne à l’opposé du ballon. Et moi, je me positionne sur la droite, du côté gauche du but et je me retrouve avec un défenseur. Le ballon est long. Il arrive sur Harisson Manzala qui le remet en une touche du pied. Ça va sur Oualid El Hajjam qui le dévie de la tête. Il est au duel avec un Rémois. Moi, je vois le ballon arriver. Au lieu de me précipiter, je laisse bien le ballon rebondir une deuxième fois pour ne faire n’importe quoi et ne pas mettre la balle au-dessus parce que je sais que c’est la dernière action. Et je la prends bien. Je prends mon temps. Dans ma tête, je me dis "concentre-toi. Cadre-la et on verra ce qui se passera". Elle passe dans une forêt de jambes et c’est la délivrance pour l’équipe et tous les Amiénois. Je m'en souviens comme si c'était hier."

C'était il y a pourtant tout juste 7 ans. Mais Emmanuel Bourgaud n'a oublié aucun détail de ce but historique marqué à la 96e minute du match de l'ASC à Reims lors de la 38e et avant-dernière journée de Ligue 2.

Un but qui le suit partout

Grâce au coup de pied inespéré de son milieu offensif, rentré sept minutes avant la fin du temps réglementaire, Amiens monte en Ligue 1 pour la première fois de l'histoire du club. 

Un exploit qui poursuit encore aujourd'hui celui que l'on surnomme sur les terrains "l'homme de la 96e" : "ce but, c'est un moment marquant de ma carrière. Quand vous faites monter en Ligue 1 avec un seul but un club qui n'a jamais joué à ce niveau, c'est exceptionnel. C'est une fierté, c’est inoubliable donc c’est un plaisir de raconter cette 96ème encore et encore ! Souvent, des adversaires m’en parlent. C’est un peu bizarre parce que ça me suit partout où je signe !"

Originaire du Val de Loire, l'ancien Amiénois joue toujours au foot. À 36 ans, il a évolué cette saison en Nationale 2, le quatrième échelon du foot français, avec l'Olympique Saumur. Un club relégué en N3 pour l'année prochaine. Mais pour Manu, peu importe le niveau, "c'est la passion du foot tout simplement. J'aime le foot. C'est pour ça que je cours derrière un ballon !"

Toujours la passion du foot

Son expérience de joueur pro, Emmanuel Bourgaud n'en fait pas profiter que ses coéquipiers. L'ancien de l'ASC travaille actuellement à l'obtention de son brevet de moniteur de football. Et le mercredi après-midi, ce sont les U13 du club qui profitent de ses bons conseils. Des jeunes qui connaissent tous la 96e de leur entraîneur pour l'avoir vue plus d'une fois, " à la télé hein !! Pas en vrai !!"

L'activité professionnelle d'Emmanuel Bourgaud ne se limite pas au foot mais reste néanmoins centrée sur le sport. Il y a trois ans, il a ouvert une salle de sport à Angers avec son ami d'enfance Mickael : "on se connaît depuis qu’on a 5/6 ans. Amis d’enfance et footeux ensemble ! sourit le jeune homme. On a commencé ensemble dans un tout petit club, à l’UC Corné jusqu’à ce qu’il parte à 13 ans en centre de formation. J’ai suivi sa carrière dans tous les clubs ! La 96è, je l’ai vécue en direct mais à la télé. Je devais aller voir le match mais à cause du travail, je n’ai pas pu me libérer. Donc j’étais devant la télé avec des amis. Et je m’en souviens très bien parce que ma télé a failli y passer ! J’étais content pour lui parce que c’était mérité ! Vu tout le travail qu’il avait fourni."

Deux 96e en 7 ans

Même dans sa salle de sport, l'ASC n'est jamais bien loin : au mur, les maillots des amis de Manu dont celui de Prince Guano ou Gaël Kakuta. Il est encore en contact avec l'ancien gardien, Régis Gurtner. Ces Amiénois, on les appelait à l'époque "les braqueurs" : ils avaient connu deux montées, de Nationale 1 à Ligue 2, puis de Ligue 2 à Ligue 1, en l'espace de deux saisons. "On ne lâchait rien de la première à la dernière minute. Et puis beaucoup de joueurs étaient revanchards, explique Emmanul Bourgaud. Moi, j’avais déjà goûté à la Ligue 2. Il y en avait d’autres. Et on est arrivés à l’ASC qui était un ancien club pro avec de bonnes infrastructures même s’il était en Nationale. Moi, qui aie commencé Angers en Ligue 2 et qui suis redescendu en Nationale, je pensais que le foot, c’était Nationale voire ligue 2 grand maximum. Mais avec ce but, ça m’a permis de toucher la Ligue 1. Et c’était un rêve de gosse qui s’est réalisé."

Un rêve de gosse qui devient réalité grâce à un geste dont Emmanuel Bourgaud semble avoir fait sa spécialité : en octobre 2023, lors de la première journée à l'extérieur de Saumur contre Angoulême, il marque sur un coup franc à vingt mètres, encore une fois à la 96e minute.

Avec Laurent Pénichou

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité