• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Ligue 1 : réduit à dix joueurs, l'Amiens SC s'incline devant Nantes à domicile

Christophe Jallet (à gauche) et les siens n'ont pas su éviter la défaite face à Nantes (ici Lucas Lima à droite) samedi 24 août 2019. / © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Christophe Jallet (à gauche) et les siens n'ont pas su éviter la défaite face à Nantes (ici Lucas Lima à droite) samedi 24 août 2019. / © FRANCOIS LO PRESTI / AFP

L'Amiens SC n'a pas enchaîné une seconde victoire à domicile face à Nantes ce samedi 24 août. Privés de Ghoddos sur blessure puis de Dibassy sur expulsion, les hommes de Lukas Alsner ont été battus 1-2 par les Canaris, au terme d'une rencontre plutôt équilibrée.

Par Valentin Pasquier

Comme la saison passée, le "Jules-Vernico" n'a pas réussi à l'Amiens SC ce samedi 24 août (1-2). Face à Nantes, qu'ils recevaient au stade de la Licorne pour la 3e journée de Ligue 1, le onze picard s'est cependant montré à la hauteur malgré l'absence de Saman Ghoddos au coup d'envoi, blessé aux ischio-jambiers à l'entraînement cette semaine. Réduits à dix après l'expulsion de Dibassy, les hommes de Lukas Elsner doivent leur défaite à un deuxième but nantais concédé dans les cinq dernières minutes.
 

Une première mi-temps marquée par le rouge

Séduisante en seconde période, la rencontre a déçu au début. Devant le kop nantais, où les supporters ont brandi par provocation une banderole "Nantes, ville de Jules-Verne", Régis Gurtner dévie une frappe de Rongier dans l'axe (8'). Amiens subit les offensives nantaises sans pour autant craquer, avant l'expulsion de Dibassy sur carton rouge (30') pour une vilaine semelle sur Touré.

 


Après un changement judicieux pour panser la défense amiénoise (Timité sort pour Lefort à la 34'), les Picards repartent à l'assaut. Guirassy (37') et Kakuta (39') tentent leur chance, mais sont contrés. À la pause (0-0, 45'+2), Nantes n'a pas cadré un seul de ses tirs. Amiens n'en a pas signé un seul.
 

Une rencontre séduisante en seconde période

De retour sur la pelouse, les Canaris prennent les commandes du match. Un coup-franc de Rongier est repoussé par Blin (49') avant que Louza n'inscrive la première frappe cadrée du match (51') qui atterrit directement dans les gants de Gurtner. Mais suite à un tir de Kader Bamba contré en corner, le grand Kalifa Coulibaly (1,97 m) récupère de la tête le ballon frappé par Abeid en coin de terrain pour ouvrir le score (0-1, 53').

La défense amiénoise est aux abois. Coulibaly manque de faire le break à la 59e : servi par Bamba entre les jambes de Prince Gouano, l'international malien est stoppé net par l'intervention salvatrice de Gurtner. Rongier - auteur d'un grand match - laissé seul dans la surface, rate heureusement les buts (66').

Akolo, auteur d'un but contre Nice lors de la première journée, d'une passe décisive pour Guirassy contre Lille lors de la 2e mais terne contre les Canaris, laisse sa place à Bongani Zungu (64'). La tactique est la bonne puisque le Sud-africain, servi par Guirassy, permet à Amiens de revenir dans le match par une frappe du gauche (1-1, 75'). Zungu n'avait plus marqué depuis novembre 2017 (à Metz, victoire 0-2).

 
 

Hélas, les changements sont décisifs dans les deux camps. Entré à la place de Bamba pour son premier match en Ligue 1, Moses Simon (85e), remarquablement servi par le capitaine nantais Valentin Rongier (encore lui !) qui trompe Jallet, parvient à glisser un ballon fatal aux Picards (2-1, 85').

 



La victoire des Canaris à Amiens permet d'enfin lancer leur saison : c'est au cours de cette 3e journée de championnat qu'ils décrochent enfin trois points, puisqu'ils ont perdu à Lille (2-0) et fait nul contre Marseille (0-0).
 

Les réactions des entraîneurs


Luka Elsner (Amiens)
"Les choses sont biaisées dès le carton rouge... On ne travaille pas pour jouer à dix contre onze presque tout le match... Ce n'est pas viable. Il y a de la logique dans tout ça, mais je ne l'accepte pas. On a été apte à revenir au score donc c'est d'autant plus dur : on ne lâche pas, on arrive à trouver des solutions. On a ce point dans la main...et
après on se relâche. Il nous manque un truc. Il manque quelque chose pour garder ce point et ne pas le rendre. Il faut apprendre à être compétitif jusqu'au bout. Si on ne prend pas de points il faut se poser les bonnes questions. S'il y a un mur, il faut le casser ou l'escalader, il ne faut pas rester devant.
"

Christian Gourcuff (Nantes)
"On ne peut pas occulter qu'on a joué en supériorité numérique. La seconde période était à sens unique. Globalement on a vu des séquences intéressantes. Dans l'organisation et l'utilisation, on progresse. Ce qu'il manque c'est concrétiser cette maîtrise. Il nous faut plus de créativité dans les 25-30 derniers mètres. Je suis assez optimiste sur notre capacité à améliorer notre jeu et trouver cette efficacité qui est indispensable. On a bien travaillé et ce que j'ai vu me réjouis, car les joueurs adhèrent. Les points c'est aussi important pour renforcer la confiance donc c'est bien d'avoir gagné. Il y a encore des points à améliorer à tous les niveaux mais je trouve que ce qu'on fait n'est déjà pas mal. Je veux retenir un ballon qui circule de mieux en mieux et un collectif qui se met en place."
 

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus