Visite d'E.Macron à Amiens Nord : “Dans le quartier, tout le monde a perdu espoir”

Yassine Mokkadem vit depuis plus de 50 ans dans le quartier d'Amiens Nord. / © C. Jean-Pierre / FTV
Yassine Mokkadem vit depuis plus de 50 ans dans le quartier d'Amiens Nord. / © C. Jean-Pierre / FTV

En visite dans la capitale picarde, le président de la République se rendra à Amiens Nord vendredi 22 novembre. Mais dans le quartier, cette visite officielle laisse les habitants perplexes.
 

Par MCP avec CJP

"Il manque tout ici : de la passion, de l’emploi et des moyens pour le sport et la culture". Emmitouflé dans sa parka noire, Yassine Mokkadem ne mâche pas ses mots. Président d’une association de musique à Amiens Nord, il habite le quartier depuis plus de cinquante ans.

Entre Jacques Chirac en 1996, Manuel Valls et François Lamy en 2012 ou encore Alain Juppé en 2015, Yassine a vu défiler bon nombre d’hommes politiques sur la place du Colvert. Vendredi 22 novembre, Emmanuel Macron ajoutera son nom à cette liste.

Le chef de l’Etat visitera l’Atrium, où il inaugurera la première Maison France Services, ainsi que le centre d’animation jeunesse L’Odyssée. Il doit s'entretenir avec des jeunes d'Amiens Nord. "Mais des jeunes sages et dociles, triés sur le volet", souligne une source croisée dans le quartier. 
 

Une visite anecdotique ? 


Dans le quartier, difficile de trouver un habitant souhaitant s’exprimer sur cette visite officielle. De son côté, Yassine qualifie cette venue "d’anecdotique" : "cette visite ne changera rien. Ça fait des décennies qu’on mène des politiques de quartier, mais elles ne changent pas fondamentalement la vie des gens. Emmanuel Macron va passer, puis il repartira à l’Elysée et nous on restera là".

Après quelques minutes de marche rue Léo-Lagrange, Rachid Bouzera nous interpelle. Ami de Yassine, il se plaint d’avoir perdu son travail à cause d’un chantier mis à l’arrêt dans le quartier. "On va tous vendre de la cam à 60 ans ?, s’insurge-t-il. Moi j’ai une famille à nourrir, je veux du travail. Ici on pense qu’on est tous des dealers. Même à mon âge, quand je bois un coup avec des copains, on va dire qu’on est des drogués, des voleurs. Pourquoi ? Parce qu’on habite ce quartier ? Ce n’est pas de notre faute !". "Le quartier a perdu son âme, ajoute Yassine. Tout le monde a perdu espoir."
 

On ne nous capte plus ici, on est comme des rats


Au guidon de son vélo, Rachid souffle dans ses mains engourdies par le froid. Même s’il se dit sceptique quant à la venue d’Emmanuel Macron, le quadragénaire a décidé d’aller à sa rencontre vendredi. "Je vais essayer de lui parler de la situation dans le quartier, j’espère que je pourrais lui dire quelques mots car on ne nous capte plus ici. On est comme des rats, des animaux pour eux".

Amiens Nord fait partie des six quartiers prioritaires de la capitale picarde. Avec plus de 15 000 habitants, il est le deuxième plus peuplé de la région. Selon l’INSEE, les quartiers d’Etouvie et d’Amiens Nord feraient partie des quartiers les plus touchés par la pauvreté et le chômage dans la région.

Malgré ce constat, Yassine continue d’œuvrer pour ce quartier, où il a toujours vécu : "j’adore ce quartier, les habitants et leur diversité. Des gens viennent d’un tas d’horizon et c’est vachement bien, mais on aimerait bien quelque chose de plus vert, de plus sympa et ne plus vivre dans cette grisaille politique". 

Eternel optimiste, il aimerait malgré tout que l’Etat investisse davantage de moyens humains dans les quartiers prioritaires. En attendant, il continue de recevoir des passionnés dans son studio d’enregistrement et de faire promouvoir la musique dans son quartier de cœur.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus