"Au moins autant et beaucoup plus" de sièges : l’ambition de la majorité (DVD) de la Somme pour les départementales

À l’approche des élections départementales des 20 et 27 juin 2021, la liste de la majorité sortante divers droite dans la Somme rassemble des candidats LR, UDI et indépendants. Avec l’objectif de dépasser les 26 sièges obtenus il y a six ans.

La liste divers droite "Unis pour la somme" présente ses candidats à Amiens, le mercredi 5 mai.
La liste divers droite "Unis pour la somme" présente ses candidats à Amiens, le mercredi 5 mai. © Anthony Halpern

Sur la photo de famille, il aura fallu attendre de longues minutes avant que chacun trouve sa place. Il faut dire que la liste "Unis pour la Somme", présentée mercredi 5 mai dans un restaurant amiénois, rassemble plusieurs couleurs et partis politiques.

Parmi les 46 binômes constitués, des candidats LR, UDI et indépendants. "Il ne fallait pas répéter les erreurs de 2015. Les divisions nous avaient coûté de très nombreux cantons", regrette Stéphane Haussoulier, président divers droite sortant du conseil départemental de la Somme.

Grossir les rangs de la majorité sortante

Et la majorité sortante ne manque pas d’appétit. En plus de maintenir ses élus, l’objectif sera, à l’issue du scrutin départemental des 20 et 27 juin 2021, de faire mieux que les 26 sièges obtenus en 2015, sur les 46 au total. "Notre ambition : c’est au moins autant et beaucoup plus. On peut tout à fait l’emporter dans plusieurs cantons amiénois", poursuit le candidat à Abbeville-2.

L’enjeu pour la droite unie se situe bien là. Il y a six ans, seuls 2 des 7 cantons du chef-lieu picard étaient tombés dans son escarcelle.

À Amiens-2, c’est une enseignante de 46 ans au lycée professionnel Romain Rolland qui est en lice. Anne Deflesselle, sans étiquette, connaît sa première campagne politique. "J’habite à Villers-Bocage. Mes enfants y sont scolarisés, mon conjoint y travaille. Je connais les enjeux de la zone nord et les difficultés des jeunes. Je suis à leur contact tous les jours", affirme-t-elle.

En quête d’un programme commun

À Corbie, lui ne découvre pas la politique locale mais Jean-Michel Bouchy se lance dans le grand bain au niveau départemental. "Ça me déprime, on a un super canton et rien n’est fait. Je m’engage pour répondre à un manque", estime le maire UDI de Naours. Un tacle adressé aux élus Rassemblement national sortants du secteur. "L’étiquette RN, c’est bien pour être élu mais après, c’est le vide. Il ne s’est rien passé pendant six ans."

Reste désormais à la liste "Unis pour la Somme" de présenter un programme cohérent. Car, qui dit rassemblement, dit aussi diversité. "Même si les grandes orientations restent encore à travailler, plusieurs axes de la campagne ont déjà été définis", assure Stéphane Haussoulier. Parmi eux, la volonté de "sécuriser les territoires", notamment sur les routes départementales. "Nous voulons lutter contre les vitesses excessives dans nos villages, une grande préoccupation des maires", précise le chef de file de la droite rassemblée dans la Somme. "On va mettre le paquet sur la protection des plus faibles : personnes en situation de handicap, enfants placés sous la responsabilité du département, personnes âgées", poursuit-il.

La liste "Unis pour la Somme" entend aussi favoriser le développement d’un "département plus vert", avec la création de pistes cyclables "partout d’ici six ans". Enfin, dernier point avancé dans un programme encore en cours d’élaboration : le déploiement de la fibre partout dans la Somme pour "bâtir un territoire dynamique."

Des priorités qui semblent faire consensus parmi les candidats. "On adhère complètement. Ce n’est pas une histoire de partis mais de réalisations pour la population", se réjouit Jean-Michel Bouchy.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections