Carnet rose : un bébé phoque gris est né en baie de Somme

Pour assurer sa sécurité, nous attendions son sevrage pour vous annoncer la bonne nouvelle. Un phoque gris est né fin décembre en baie de Somme ! Et il a pu grandir sous bonne garde.

 

Sur cette photo, le bébé phoque est âgé d'une dizaine de jours.
Sur cette photo, le bébé phoque est âgé d'une dizaine de jours. © France Télévisions / HENRION Benoît

C'est un évènement rare. Un bébé phoque gris est né en baie de Somme fin décembre. Des bénévoles ont surveillé de très près ses premiers jours.

Des premières semaines détérminantes

Agé d'une dizaine de jours lorsque nous avons fait sa rencontre, il n'avait pas encore perdu son pelage blanc et devait encore grandir et prendre du poids pour gagner en autonomie. Des premières semaines déterminantes durant lesquelles le blanchon était particulièrement vulnérable. Ainsi, des équipes se sont relayées pour assurer la tranquillité de la mère et de son petit.

"Le risque c’est qu’il soit beaucoup trop dérangé et que la mère ne puisse pas l’allaiter ou bien qu’il soit séparé de la mère. S’il n’est pas nourri ou qu’il n’a pas sa tétée plusieurs fois par jour, il ne peut pas survivre", explique Christine Martin, bénévole à Picardie Nature.

Durant ses premières semaines, le blanchon ne doit pas être séparé de sa mère
Durant ses premières semaines, le blanchon ne doit pas être séparé de sa mère © France Télévisions / HENRION Benoît

Ne pas déranger

Ces dernières années, les bénévoles ont repéré onze blanchons qui sont parvenus à l'âge adulte. Celui-ci est né à proximité d'une station balnéaire, sur une plage fréquentée par les promeneurs. "L’année dernière, un phoque est mort au bout de cinq jours. Il était très dérangé et a été mordu par un chien", continue la bénévole.

Pour assurer la sécurité du jeune phoque, l'accès à certaines zones de la baie était restreint. "Il faut vraiment faire de grands détours pour ne pas les déranger", constatait une promeneuse. "C’est complètement normal", ajoutait une autre passante, "il faut essayer de préserver ce qu’il nous reste. On a fait assez de dégats comme ça. Heureusement qu'il y a des bénévoles pour les aider"

Il faut bien comprendre que c’est un animal sauvage et qu’il ya des précautions à prendre pour ne pas le déranger

Laurence Renaudin

Toute la journée sur la plage, les bénévoles se chargeait aussi de relever les comportements des phoques. Une mission pour laquelle Laurence Renaudin est venue spécialement des Ardennes : "C'est une façon de contribuer à ce que tout le monde ait sa place dans le respect de la vie sauvage. Il faut bien comprendre que c’est un animal sauvage et qu’il ya des précautions à prendre pour ne pas le déranger. Il y a de la place pour tout le monde en baie de Sommeil".

Moins fréquent que son cousin le veau marin, le phoque gris se fait encore rare en baie de Somme : 100 à 150 individus recensés, selon la période de l'année.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature baie de somme parcs et régions naturelles