JO de Paris 2024. La flamme olympique passera par l'Aisne, l'Oise et la Somme : "une véritable fierté et un signal fort de l’engagement du Département"

Si le parcours est encore en cours de construction, une chose est sûre, les trois départements picards prendront part à cet événement historique que sont les Jeux olympiques de Paris en 2024.

La flamme olympique passera par une soixantaine de départements de métropole et d’Outre-Mer entre la mi-mai et le début des Jeux olympiques le 26 juillet 2024. Parmi eux : l’Aisne, l’Oise et la Somme.

Les départements devront débourser une somme de 180 000€ pour accueillir cette flamme sur le temps d’une journée."180 000€, ça représente 0,003% de notre budget. Chaque année, on organise un événement dans le département, en lien avec l’histoire par exemple. L’année dernière autour des 400 ans de la naissance de Jean de la Fontaine, ou comme nous l’avons fait autour du centenaire de la grande guerre. Il n’y aura pas de surcoût, car l’événement de 2024, ce sera le passage de la flamme", assure Nicolas Fricoteaux, président du conseil départemental de l'Aisne, qui espère pouvoir faire rayonner le département à l’international.

Dans les trois départements picards, 128 collectivités sont labellisées Terre de jeux 2024, 14 dans l'Aisne, 67 dans l'Oise et 47 dans la Somme. Ce label "valorise les territoires qui souhaitent mettre plus de sport dans le quotidien de leurs habitants."

Poursuivre "les ambitions sportives"

Le département de l’Oise a également annoncé, lors d'une conférence de presse, accueillir la flamme olympique. Le Département a voté une enveloppe de 20 millions d’euros destinée à la rénovation ou la construction d’équipements sportifs, labellisés centres de préparation aux Jeux, pour la pratique de disciplines olympiques et paralympiques. "L’occasion d’évoquer l’équipement de cécifoot de Précy-sur-Oise, unique centre de préparation aux Jeux en Europe exclusivement dédié à cette discipline, qui dispose de deux terrains permanents financés à hauteur de 60% par le conseil départemental de l’Oise", peut-on lire dans le communiqué de presse.

Le département de la Somme, quant à lui, a voté en conseil, le 22 juin dernier, l'accueil de cette flamme et rencontrera Tony Estanguet, président du comité d’organisation des Jeux olympiques 2024, mi-juillet à Paris. "L’accueil du relais de la flamme dans notre territoire sera une véritable fierté et un signal fort de l’engagement du Département et des collectivités samariennes dans ces Olympiades. Il nous permettra de mettre en lumière les paysages et les richesses de la Somme aux yeux du monde entier, tout en poursuivant les ambitions sportives qui sont les nôtres : permettre à chaque Samarien de vivre l’expérience des Jeux et faire de notre département une terre de sport", déclarait il y a peu Stéphane Haussoulier, président du Conseil départemental de la Somme.

Une diversité dans les profils des porteurs 

Le coût total de l'opération est estimé à 450 000€. La différence sera apportée par des partenaires privés, démarchés par la société Olbia, organisatrice du parcours de la flamme.

Les différents parcours de la flamme en Picardie devraient être dévoilés au printemps 2023 : "on va co-construire ce parcours avec les équipes du département pour valoriser de la plus belle manière et dans le monde entier cette journée de célébration du relais de la flamme pour annoncer le début des Jeux de Paris 2024", indique Tony Estanguet. 

Les porteurs, eux, seront choisis par le Département et le comité d’organisation : "il y aura tous les profils, l’idée c’est vraiment d’avoir des sportifs mais pas seulement, d’avoir plutôt la parité, des personnes en situation de handicap, on a envie d’avoir des gens connus, d’autres pas", détaille le président du comité d'organisation des Jeux.

Chaque site retenu accueillera un relais sur une distance de deux kilomètres. Les trois départements picards devront donc organiser des animations artistiques. Le message du comité d’organisation : "soyez créatifs !"