Nouvel An. Un réveillon sous haute tension aux urgences du CHU d’Amiens, "il n'y a pas de place à l'hôpital"

Samedi 31 décembre, au CHU d’Amiens, pas d’effusion particulière pour ce passage à la nouvelle année. 2022 se termine sous haute tension. La triple épidémie de Covid, de bronchiolite et de grippe engorge les urgences.

C’est un réveillon sans cotillons, ni serpentins. À l’hôpital d’Amiens, la Saint-Sylvestre est synonyme de nouvelle nuit sous tension.

Sophie Hocquet, infirmière, accueille les patients, totalement seule : "On essaye de faire au mieux parce qu’on n’a pas le temps de prendre toutes les transmissions en même temps, sachant qu’on est toute seule. C’est compliqué parfois, car il ne faut pas passer à côté de quelque chose", explique-t-elle.

8 heures d'attente avant de voir un médecin

À 19 heures, samedi 31 décembre, 57 patients étaient déjà présents aux urgences, et 24 étaient toujours en attente d’une consultation. Certains patientent depuis plus de huit heures pour voir un médecin. Le personnel médical est submergé.

"Le patient en premier de la file est arrivé à 13 h et là, il est 21 h, il n’a pas encore été vu. C’est très difficile humainement de prendre en charge de manière optimale un patient quand on a des délais d’attente qui s’allongent de semaine en semaine", se désole la Dr Pauline Desbureaux, médecin urgentiste.

Pas suffisamment de lits

Les consultations s’enchaînent, mais une fois le patient pris en charge, une nouvelle galère attend les soignants. Il faut trouver des lits dans les différents services et faire sortir les patients arrivés au terme de leur hospitalisation. Un véritable Tetris pour la cheffe des urgences, Dr Laure Domisse : "C’est du temps où j’ai des patients à voir et je passe du temps à faire autre chose".

Il n’y a pas de place à l’hôpital, il n’y a pas de place au bon moment pour mettre le patient au bon endroit et c’est partout en France en ce moment.

Dr Laure Domisse, cheffe des urgences au CHU d'Amiens

Un manque de moyens difficile à gérer : "On se dédouble, on essaye de passer le temps qu’il faut pour ne rien oublier et faire un soin de qualité que ce soit médical ou infirmier et il est là le challenge, c’est que ça devient de plus en plus compliqué".

Cette nuit, la plupart des patients ont été admis pour des problèmes respiratoires, la grippe ou le Covid. Alors, aux urgences du CHU d'Amiens, la nouvelle année est passée presque inaperçue.