À la polyclinique d’Hénin-Beaumont, les visites de nouveau interdites face aux épidémies de grippe et de Covid

Familles et proches des patients hospitalisés ne peuvent plus entrer dans la polyclinique. Bien que la décision soit difficile, la direction du groupe indique que cette mesure de restriction est nécessaire pour éviter la multiplication des contaminations.

Les épidémies hivernales qui frappent l'agglomération nécessitaient de prendre cette décision. Depuis mardi 27 décembre, les visites des familles et des proches aux patients hospitalisés dans les services de soins de la polyclinique d’Hénin-Beaumont sont de nouveau interdites.

La direction de la polyclinique d’Hénin-Beaumont justifie cette décision par l’arrivée fulgurante de l’épidémie de grippe, couplée aux contaminations au Covid-19.

"Cela a provoqué une forte affluence de patients aux urgences", nous indique-t-on, alors que des soignants eux-mêmes sont également malades.

Prévention pour éviter de nouvelles contaminations

Cette décision est une mesure de prévention plus qu’une mesure curative, poursuit la direction de la polyclinique. L’objectif affiché : "éviter la multiplication des contaminations".

Ainsi, les personnes accompagnant les patients en consultations "sont invitées à attendre à l’extérieur de l’établissement", à l’exception des personnes nécessitant de l’aide.

La polyclinique d’Hénin-Beaumont, appartenant au groupe AHNAC (Association Hospitalière Nord Artois Cliniques), est pour le moment le seul établissement concerné par cette décision. Aucunes restrictions de visites à l’hôpital de Riaumont à Liévin et la polyclinique de la Clarence à Divion ne sont  pour l’heure appliquées.

Tous les établissements du groupe AHNAC avaient interdit les visites l’été dernier, avant d’assouplir ces règles à la rentrée de septembre.