"On peut profiter pleinement des vacances sans avoir d'anxiété quant au danger" : des pompiers pour surveiller la plage à Mers-les-Bains

Pour pallier la pénurie de personnels pour surveiller les plages liée aux Jeux olympiques, les collectivités et la préfecture de la Somme ont trouvé une solution. Des sapeurs-pompiers remplaceront cet été les sauveteurs habituels de la SNSM à Mers-les-Bains.

Le maire de Mers-les-Bains Michel Delépine se dit fier que la France accueille les Jeux olympiques, mais il faut dire que l'événement tant attendu a provoqué quelques effets inattendus.

"Avec les JO, les CRS qui surveillaient d'autres plages ont été déplacés sur la capitale, et la SNSM a dû se réorganiser", explique-t-il. Un jeu de chaises musicales a donc démarré : les forces de l'ordre partent dans les villes accueillant des épreuves, la SNSM concentre son personnel sur les plages des communes avec qui elles ont un contrat pluriannuel, et Mers-les-Bains... se retrouvaient sans surveillance pour sa plage. 

"J'ai eu quelques frayeurs, mais heureusement, les sapeurs-pompiers de la Somme ont répondu présents !", se réjouit-il. Ce sont en effet 4 à 5 sapeurs-pompiers, professionnels et volontaires, qui assureront chaque jour la mission de surveillance cette année, jusqu'au 31 août.

Un soulagement pour l'élu. Et pour cause : l'été, la station balnéaire voit sa population tripler.  "C'est très rassurant pour les estivants de savoir que c'est bien balisé, et qu'on peut profiter pleinement des vacances et de la détente sans avoir d'anxiété quant au danger", assure-t-il. Une solution qui ne coûte par ailleurs pas plus cher que d'habitude à la municipalité : environ 25 000 euros. 

Prévention et secours

Les pompiers, tous titulaires du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique, ont donc pris leur fonction le premier week-end du mois de juillet. Un démarrage plutôt tranquille, puisque la météo maussade ne convainc pas grand monde d'aller se baigner. Le premier jour, ils ont d'ailleurs dû dresser le drapeau rouge.

"La prévention, c'est 80% de notre travail ici, de manière à éviter l'accident et qu'ils puissent se baigner en toute sécurité."

Julien Drelon, chef du poste de secours de Mers-les-Bains.

Mais le cadre reste agréable, et s'il bouscule un peu leurs habitudes, les missions qui leur sont confiées restent assez proches de celles auxquelles ils sont habitués. "Notre mission principale, c'est la prévention, c'est 80% de notre travail ici. Pour cantonner les baigneurs, les informer des dangers liés à la topographie de la plage, à la météo, au courant, aux marées, de manière à éviter l'accident et qu'ils puissent se baigner en toute sécurité, précise Julien Drelon, sergent professionnel et chef du poste de secours de Mers-les-Bains. Au-delà de ça, on a des périodes d'affluence le long de la digue, donc évidemment, on répondra aux sollicitations pour du trauma, du malaise, le secours courant, en se mettant en relation avec le 18 et le centre de secours de Mers-les-Bains qui est à 400 mètres dans les terres."

Ce dispositif de surveillance assurée par les pompiers est unique dans la Somme. Mais il n'est finalement pas si nouveau. "Dans les années 1990, il y avait déjà des pompiers qui surveillaient certains postes sur le trait de côte en fonction des demandes des municipalités, se souvient Julien Drelon. La SNSM se structurant, se développant dans la Somme, a finalement récupéré cette compétence." Et le maire l'a d'ailleurs promis : dès l'année prochaine, la SNSM sera de retour dans la commune. 


Avec Lucie Caillieret / FTV

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité