Prix de l'énergie : la piscine fermée pour 5 semaines à Moreuil, l'entraîneur du club de natation s'inquiète pour le niveau de ses jeunes nageurs

La hausse du prix de l’énergie a contraint la piscine de Moreuil dans la Somme à fermer pour une durée de cinq semaines. Une décision qui ne plaît guère au club de natation de la commune.

"L’augmentation importante des coûts de l’énergie menace le fonctionnement normal et pérenne de votre centre aquatique". Sur la devanture de la piscine Alméo située sur la commune de Moreuil, une pancarte annonce la fermeture prolongée du centre aquatique, du lundi 12 décembre 2022 au lundi 16 janvier 2023. Soit cinq semaines d’arrêt.

Pour justifier cette décision prise le 23 novembre dernier, le conseil d’administration de l’équipement avance des raisons liées à l’entretien et à la hausse du prix de l’énergie. "Pour les abonnements et séances d’activités qui ne seront pas dispensés, une compensation sera proposée aux clients", indique également la pancarte.

Un surcoût entre 140 000 et 190 000 € pour 2023

"Cette décision naît d'un constat que nous avons fait après avoir réalisé une rétrospective de nos dépenses en énergie sur l'année 2022", explique Olivier Dutilleux, président du conseil d’administration du centre aquatique. "Nous avons identifié un surcoût de 93 000 € par rapport aux années antérieures", poursuit-il.

"Nous avons fait le même travail de projection sur l'année 2023, et si la tendance de 2022 devait se confirmer, nous subirions un surcoût supplémentaire de l'ordre de 140 000 à 190 000 €", ajoute Olivier Dutilleux. De quoi obliger le conseil d'administration à réagir. "Cette extension de fermeture technique, on pense qu'elle nous fera économiser entre 30 000 et 44 000 €".

Le club de natation de Moreuil sans alternative

Mais pour Aurélien Lefebvre, l’entraîneur du club de natation de Moreuil, la décision ne passe pas. Il regrette l'arrêt prolongé des entraînements de ses jeunes licenciés : "On a des enfants de tout niveau qui pour certains peuvent se qualifier en Championnat de France et qui s’entraînent 5 à 7 fois par semaine. Cela crée une démotivation et ça peut mettre une planification en l’air", se désole l’entraîneur.

"Tous les enfants qui avaient des objectifs vont devoir les revoir à la baisse et savent qu’ils vont mettre beaucoup de temps à revenir". D’autant qu’une compétition approche : le meeting des hortillons, épreuve qualificative aux championnats de France.

"Nous avons choisi ces dates-ci car ce sont les semaines les moins fréquentées, les moins impactantes sur la billetterie et les recettes. Ce sont également les semaines où l'on consomme le plus d'énergie", justifie Olivier Dutilleux. "Je comprends que l'on soit frustré, mais nous sommes face à une obligation de réagir, sinon c'est l'intégralité de l'équipement que l'on ferme."

"50 licenciés au pied du mur"

Comme Aurélien Lefebvre, certains parents craignent que la fermeture soit prolongée au-delà des cinq semaines. Plusieurs se disent prêts à payer leur licence plus chère pour que leurs enfants puissent reprendre l’entraînement. "On parle quand même de 50 licenciés qui se retrouvent au pied du mur. C’est un sport de rigueur, ça demande un suivi. On essaye de trouver des solutions, on fait appel à des piscines", indique la mère d’une jeune nageuse de 11 ans. 

Le Coliseum d’Amiens aurait proposé une ligne d’eau au Moreuil natation. Une solution insuffisante pour le club qui se tournerait plutôt vers la piscine de Breteuil pour accueillir ses licenciés.

En septembre dernier, les piscines de Roye dans la Somme et de Fitz-James dans l’Oise, gérées par la société Vert Marine, avaient également fermé leurs portes en raison de la hausse des prix de l’énergie, avant de rouvrir deux semaines plus tard.