Vaccination dans les Hauts-de-France : en attendant Janssen, Pfizer largement plus utilisé qu'Astra Zeneca et Moderna

Ce lundi 12 avril, la campagne de vaccination est poussée par l'arrivée d'un nouveau vaccin, Janssen. Mais la faible importance des livraisons prévues ne devrait par changer la hiérarchie de l'utilisation des vaccins. 

Un flacon du vaccin Pfizer.
Un flacon du vaccin Pfizer. © AFP

Des nouvelles de la campagne de vaccination contre l'épidémie de Covid-19. Depuis ce lundi 12 avril, toutes les personnes de plus de 55 ans, même celles n'ayant pas de comorbidité, sont désormais éligibles à la vaccination. Jusqu'ici, seuls les plus de 70 ans y avaient le droit. Aussi, après Pfizer, Moderna et AstraZeneca, les Français vont pouvoir désormais être vaccinés avec le vaccin du laboratoire Johnson & Johnson, appelé Janssen. Alors que tous ses concurrents préconisent deux doses de leur vaccin, celui de Johnson & Johnson ne nécessite l'injection que d'une seule.  

Concernant l'importance des livraisons, la direction générale de la santé annonce "sous réserve de confirmation par le laboratoire" la livraison de 206.400 doses cette semaine et 358.000 doses celle du 26 avril. L'injection de ces doses va se faire, pour l'instant, par les médecins de villes, faute de livraisons plus importantes. En effet, ces derniers étaient invités à en commander ce lundi, un flacon au maximum, avant de les recevoir la semaine prochaine. "J'ai commandé un flacon ce lundi mais il n'arrivera pas avant mercredi 21 avril", témoigne Michael Rochoy, médecin généraliste à Outreau. 

Pour l'instant, dans les Hauts-de-France, c'est le vaccin Pfizer qui est le plus utilisé. 

Au lundi 12 avril, sur les 999.817 premières injections (sans compter les secondes donc) réalisées dans la région, 629.280 proviennent du vaccin Pfizer. Cela représente 63% des premières injections. La tendance en France est semblable. Sur les 14 millions d'injections réalisées, plus de 10 millions l'ont été grâce à Pfizer.

Malgré la défiance qu'il a pu susciter, surtout durant les dernières semaines, le vaccin AstraZeneca a été injecté 306.605 fois (31%) dans les Hauts-de-France. Moderna complète le tableau avec 63 887 doses. Les problèmes connus à Calais, Boulogne-sur-Mer ou encore Gravelines, concernant le manque de volontaires pour bénéficier d'une dose d'AstraZeneca ne semblent pas avoir eu de conséquences visibles sur la dynamique de l'injection de ce vaccin. 

Le 8 avril, l'ARS des Hauts-de-France rappelait que 97,6% des doses disponibles d'AstraZeneca avaient été injectées, un chiffre même supérieur à celui connu à l'échelle nationale (95,2%). "Le seul problème rencontré dans la campagne de vaccination, c'est le manque de doses. Les mouvements anti-vaccin seront un problème dans un second temps", estime Michael Rochoy. "Beaucoup de personnes veulent se faire vacciner mais ne réussissent pas à obtenir un rendez-vous. Ca leur est égal si c'est avec AstraZeneca ou Pfizer", continue-t-il. S'il salue l'ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans, il rappelle que "si l'on avait des vaccins en quantité infini, la vaccination serait ouverte à tous les adultes"

Concernant l'évolution de l'injection des différents vaccins, même si le 10 avril, plus de vaccins AstraZeneca ont été utilisés que de Pfizer ou de Moderna, cela ne reflète pas la tendance générale de ces dernières semaines. Le vaccin Pfizer est largement plus injecté que les autres. Le record de vaccination en une seule journée a été réalisé le samedi 13 mars. Ce jour-là, 41.198 doses avaient été utilisées. 

 

Dans les Hauts-de-France, la vaccination continue sa route et a très certainement franchi le 11 avril (chiffre pas encore disponible) la barre du million de premières injections. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19 région hauts-de-france