Variant delta : "En France, il y aura plus de cas qu’en Angleterre et plus d’hospitalisations", selon le Pr Froguel

Des taux d’incidence stratosphériques dans certains départements selon Gabriel Attal, des indicateurs sanitaires qui ne bougent pas, cette quatrième vague ne ressemble pas aux autres. Le vaccin rebat les cartes de l’épidémie. Les réflexions du Pr Philippe Froguel, généticien lillois.

L’augmentation des cas ne se traduit pas pour l’instant pas une hausse des hospitalisations. Pourquoi la situation française diffère-t-elle de ce qui se passe en Grande-Bretagne ?

En France, nous avons un mois de décalage avec les Anglais sur la progression de cette nouvelle vague mais deux mois sur le taux de vaccination. Si après le discours du président, beaucoup de Français se sont rués dans les centres de vaccination, quand on regarde les chiffres, on voit qu’ils ont peu bougé chez les 50 et plus, ceux-là même qui sont susceptibles de se retrouver hospitalisés, c’est inquiétant. En Grande-Bretagne et en Israël, les hospitalisations augmentent mais la hausse est limitée car les plus âgés sont beaucoup plus vaccinés que leurs homologues français. Va-t-on vers des hôpitaux débordés en septembre comme lors des vagues précédentes ? Tout se joue en ce moment.

Jusqu’à quel niveau le nombre de contaminations pendant cette quatrième vague peut-il progresser ?

Avec plus de 10 000 cas par jour et un R effectif, taux de reproduction du virus de 1,4, un R plus élevé que lors des dernières vagues, ça veut dire qu’on sera à 20.000 cas la semaine prochaine, avec un taux de vaccination plus élevé et des restrictions qui avaient été mises en place jusqu’au lundi 19 juillet, le Freedom Day. Une levée de confinement déraisonnable avec cette circulation intense du variant. Jusque là, laisser circuler le virus, ça n’a jamais marché dans les autres pays. Jusque là…

Que pensez-vous du pass sanitaire ?

S’il est appliqué comme le président l’a présenté, c’est de la bombe atomique. Selon Antoine Flahaut, épidémiologiste mondialement connu, ce pass sanitaire, c’est l’équivalent d’un confinement. Si ce pass est bien appliqué dans les bars et les restaurants, on pourra en sentir l’effet sur le nombre de contaminations. En espérant que l’intendance suivra, après les effets d’annonce. En rentrant en France par Orly, je n’ai pas été contrôlé une fois. Alors que ce gouvernement ne cesse de répéter qu’il renforce ses contrôles aux frontières…

Que nous réservent les prochains mois selon vous ?

A chaque fois, ce virus a infirmé les extrapolations des épidémiologistes. Il a muté plus que ce qui avait été prévu et est devenu plus contagieux et dangereux quand certains scientifiques s’attendaient à ce qu’il s’étiole.

Soit, si tout se passe bien, cette fois 5 à 10 % de la population va être atteinte par le variant Delta, les gens vont finir par se faire vacciner, il y aura une troisième vaccination pour les plus fragiles et l’épidémie s’éteindra à la fin de l’année.

Soit, c’est la théorie pessimiste, un autre variant va émerger pendant cette quatrième vague. Un nouveau variant qui va nécessiter qu’on recommence la vaccination à zéro. Un peu comme histoire de la grippe. Je pense vraiment que tout est possible. 

Il n’y a pas que la protéine Spike qui change dans ce virus, mais l’ensemble de son génome : c’est dans un article qui vient de paraître. Pour moi tout est possible en sciences. À part voir ce qui s’est passé et comment ça évolue, difficile de faire des prévisions.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société