VIDEO. Wattrelos : on a rencontré le retraité qui a fondu en larmes dans les bras d'Emmanuel Macron

Pascal Lefer a craqué dans les bras du Président Macron la semaine dernière au Salon de l'agriculture / © France 3
Pascal Lefer a craqué dans les bras du Président Macron la semaine dernière au Salon de l'agriculture / © France 3

Au Salon de l'agriculture, samedi dernier, un habitant de Wattrelos a réussi à interpeller Emmanuel Macron sur ses difficultés au quotidien. Ce retraité très ému, en est venu à tomber dans les bras du président de la République. L'image a fait le tour des télés... Nous l'avons rencontré ce matin.

Par Simond Colaone / Jean-Christophe Raczy

L'image a ému certains Français. Quand ce retraité est tombé en larmes dans les bras du Président de la République au Salon de l'Agriculture, samedi dernier. « Vous êtes en dessous du minimum vieillesse, parce que vous ne l’avez pas demandé. Gardez le moral. Vous avez droit à plus que ce que vous touchez là», lui a notamment dit Emmanuel Macron. 

Ce retraité ému, c'est Pascal Lefer, 62 ans, habitant de Wattrelos (près de Roubaix dans le Nord). Depuis une semaine, son téléphone n'arrête pas de sonner après cette rencontre inopinée. Quand il revoit les images, l'émotion est toujours là : "Ça me fait des pincements..."
 
Wattrelos : on a rencontré le retraité qui a fondu en larmes dans les bras d'Emmanuel Macron


Un dossier qui avance très vite...


En situation de handicap après plusieurs AVC, il a vu ses revenus baisser drastiquement quand il a pris sa retraite en décembre. Mais depuis cette rencontre présidentielle, les problèmes de Pascal Lefer semblent se résoudre. Ministères, responsables de la préfecture et de la CAF l'ont contacté, pour faire avancer son dossier : "Ce matin, j'ai eu la CAF et ils m'ont répondu que j'allais recevoir dans les 3-4 jours, 350 euros."

Mais Pascal Lefer n'en a pas fini pour autant. Il souhaite désormais porter la cause des petits salaires auprès du Président. Il va demander à rencontrer à nouveau le Président, mais cette fois à l'Elysée. Et il ne semble pas prêt à baisser les bras...

Sur le même sujet

Les + Lus