Cet article date de plus de 9 ans

Blainville-sur-Orne : inquiétude des salariés de Renault Trucks

La direction du groupe a annoncé que Volvo AB (la maison mère depuis 2001, ndlr), allait investir dans son usine de Kaluga près de Moscou pour y produire des cabines de camion ce qui est l'activité de l'usine normande.
L'investissement serait de 90 millions d'euros selon le syndicat Sud.

L'annonce, faite lors d'un CCE la semaine dernière, inquiète les salariés de l'usine de Blainville-sur-Orne, qui emploie 2 170 personnes en CDI.

Jusque-là, l'usine de Kaluga ne faisait que du montage de camions et Blainville fabriquait les cabines pour elle, à raison de 6 par jours. D'ici à 2015, l'usine russe fabriquera à son tour des cabines pour Volvo et Renault.

Depuis janvier en effet, dans le cadre d'une réorganisation, le groupe Volvo AB gère globalement les usines Volvo Trucks et Renault Trucks. Avec un site en Suède, un à Blainville et maintenant celui de Kaluga, cela va faire trois usines de poids-lourds en Europe pour le même groupe. C'est bien ce qui inquiète vivement les syndicats pour qui les marchés sont extrêmement fragilisés. Même s'il est prévu que l'usine de Kaluga n'alimente que le marché russe tandis que Blainville se chargerait du marché de l'Europe de l'ouest, cela ne les rassure en rien. 

L'usine de Blainville ne tourne pas à plein et cette délocalisation qui ne dit pas son nom va leur faire perdre encore un peu plus d'activité.


Interview de Jean-François Blaize, représentant syndical Renault Trucks (Sud) :

durée de la vidéo: 00 min 26
réaction renault trucks



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie